Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Biographies & Portraits | Dom Luc d'Achéry (1609, à St-Quentin - 29 avril 1683, dans l'abbaye de St-Germain-des-Prés)

Dom Luc d'Achéry

(1609, à St-Quentin - 29 avril 1683, dans l'abbaye de St-Germain-des-Prés)
Historien bénédictin de la congrégation de St-Maur
© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      Dom Jean-Luc d'Achéry, né à Saint-Quentin, en 1609, fit profession dans l'abbaye d'Isle de la même ville ; mais, voyant qu'on n'y observait pas fidèlement la règle de saint Benoît, fondateur de l'ordre, il embrassa, le 04 octobre 1632, la réforme de saint Maur, dans l'abbaye de la Ste-Trinité de Vendôme. Bientôt après, il fut attaqué du calcul, ce qui obligea de le transporter à Paris, où il se fixa à l'abbaye de St-Germain-des-Prés, partageant son temps, malgré ses infirmités qui ne le quittèrent jamais, entre les exercices de piété et l'étude, dont il contribua beaucoup à faire revivre le goût dans l'ordre qu'il avait embrassé. Il se livra surtout à la recherche des monuments du moyen-âge ; il mit en ordre la bibliothèque dont l'abbaye lui avait confié la direction, en fit des catalogues exacts, et l'augmenta de plusieurs bons livres qu'il rassembla avec soin. Il entretint avec la plupart des autres abbayes de l'ordre de saint Benoît des relations qui lui procurèrent beaucoup de pièces intéressantes, restées jusqu'alors ensevelies, et dont la publication lui acquit une grande réputation.

      Son premier ouvrage fut l'édition de l'Epître attribuée à l'apôtre saint Barnabé. Le P. Hugues Ménard, religieux de la même congrégation, qui en avait découvert le manuscrit dans l'abbaye de Corbie, l'avait déjà commentée, ayant le dessein de la publier ; mais la mort l'en avait empêché. Luc d'Achéry la fit paraître sous ce titre : Epistola catholica S. Barnabæ apostoli, gr. et lat., cum notis Nic. Hug. Menardi, et elogio ejusdem auctoris, Paris, 1645, in-4°. En 1648, dom Luc rassembla en un seul volume la Vie et les Œuvres du bienheureux Lanfranc, archevêque de Cantorbéry, Paris, 1648, in-fol. La vie de Lanfranc, qui est en tête, est tirée d'un ancien manuscrit de l'abbaye du Bec ; et ses œuvres se composent de ses Commentaires sur les Epîtres de saint Paul, d'après un manuscrit de l'abbaye de St-Melaine de Rennes ; d'un Traité du corps et du sang de Jésus-Christ, contre Bérenger. Les notes qui accompagnent cette édition, et surtout la vie et les lettres de Lanfranc, sont exactes et savantes. L'appendice contient la Chronique de l'abbaye du Bec, depuis sa fondation, en 1304, jusqu'en 1437 ; la Vie de saint Herluin, fondateur et premier abbé de ce monastère : celles des quatre abbés qui lui succédèrent, et celle de saint Augustin, non pas l'évêque d'Hippone, comme Teissier le donne à penser dans sa Bibliotheca bibliothecarum, mais l'apôtre de l'Angleterre : des Traités sur l'Eucharistie, l'un par Hugues, évêque de Langres, et l'autre par Durand, abbé de Troarn, contre l'hérésie de Bérenger. Le Catalogue des ouvrages ascétiques des Pères et des auteurs modernes, que d'Achéry composa par ordre de dom Grégoire Tarisse, supérieur général, parut dans la même année, sans nom d'auteur, sous ce titre : Asceticorum, vulgo spiritualium opusculorum, quæ inter Patrum opera reperiuntur, Indiculus, etc., Paris, 1648. in-4°. Ce Catalogue, qui a été réimprimé et augmenté par les soins de dom Jacques Rémi, Paris, 1671, in-4°, était particulièrement utile aux personnes qui embrassaient la vie religieuse ; l'auteur indique le mérite de chaque livre, l'utilité qu'on en peut retirer. On y trouve les titres de plusieurs ouvrages mystiques qu'on recherchait dans l'avant-dernier siècle, mais qui sont aujourd'hui totalement oubliés. En 1651, dom Luc publia la Vie et les Œuvres de Guibert, abbé de Nogent-sous-Couci, auxquelles il a ajouté un grand nombre de Vies de saints et d'autres pièces, Paris 1651, in-fol. Les notes sont savantes et judicieuses ; il y fait l'histoire de plusieurs abbayes, et publie des diplômes et des chartes encore inconnus. On a attaqué depuis, avec raison, la date de quelques-uns ; mais l'erreur tient de ce que ces actes ont été imprimés d'après des copies, et non d'après les originaux. D'Achéry a aussi mis au jour la Règle des Solitaires, du P. Grimlaïc, qu'il a enrichie de notes et d'observations, Paris, 1653, in-12.

      Son ouvrage le plus considérable est le Recueil intitulé : Veterum aliquot scriptorum, qui in Galliæ bibliothecis, maxime benedictinorum, latuerant, Spicilegium. etc., 1655-77, 13 vol. in-4°. Quoiqu'il n'ait donné à cet ouvrage que le titre de Spicilège, c'est-à-dire de glanures, on peut le regarder comme une moisson précieuse et abondante ; il contient un grand nombre de pièces du moyen-âge, rares et précieuses, telles que des actes, des canons, des conciles, des chroniques, des histoires particulières, des vies de saints, des lettres, des poésies, des diplômes, des chartes tirés des dépôts de différents monastères. Chacun des treize volumes est accompagné d'une préface destinée à faire connaître les pièces qui y sont contenues, et auxquelles d'Achéry a mis des notes qui prouvent sa vaste érudition et ses profondes connaissances. Il y a dans le 13ème tome une table chronologique. En 1723, le Spicilège de dom Luc étant devenu rare, L.-Fr.-J. de la Barre en donna une nouvelle édition in-fol., 3 vol. Les pièces y sont rangées par ordre de matières, et chaque matière par ordre chronologique. A la tête du premier volume, il y a une table chronologique de tout ce que les trois renferment, une seconde table des pièces, selon l'ordre de l'ancienne édition, et une troisième, dans l'ordre alphabétique. De la Barre s'est aussi attaché à corriger le texte, en faisant usage des variantes que Baluze et dom Martène avaient recueillies, et il a ajouté quelques nouvelles pièces. Cette seconde édition n'empêche pas de rechercher la première, parce que les corrections de la Barre sont souvent intercalés dans les textes que d'Achéry avait respectés, et que ce nouvel éditeur a aussi beaucoup mutilé les savantes préfaces du premier.

      On doit encore à Luc d'Achéry une bonne partie du Recueil des Actes des Saints de l'ordre de saint Benoît : Acta Sanctorum ordinis Sancti Benedecti in sæculorum classes distributa, et cum eo edidit D. Johannes Mabillon, qui et universum opus notis, indicibus illustravit, Paris, 1668-1701, 3 vol. in-fol. D'Achery avait fait une ample collection de ces actes ; mais c'est le P. Mabillon qui a eu la principale part à leur publication, et qui les a enrichis de savantes préfaces, de notes, d'observations et de tables.

      D'Achéry vivait dans une retraite absolue, ne sortait presque point, et évitait les visites et les conversations inutiles : c'est ainsi qu'il se ménageait le temps nécessaire pour se livrer aux immenses travaux dont on vient de parler, et qui lui ont acquis l'estime des papes Alexandre VII et Clément X, dont il reçut des médailles. Il atteignit, malgré ses continuelles infirmités, l'âge de 76 ans, et mourut dans l'abbaye de St-Germain-des-Prés, le 29 avril 1683. Il fut enterré au-dessous de la bibliothèque dont il avait eu soin pendant plusieurs années. Cette abbaye conservait les lettres qui lui avaient été adressées par divers savants. On trouve dans le Journal des Savants du 26 novembre 1685, un court éloge d'Achéry ; celui de Maugendre, qui a remporté le prix d'éloquence au jugement de l'académie d'Amiens, est plus complet ; il a été imprimé dans cette ville, en 1775.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 1 - Pages 118-119)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME