Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Dictionnaire | M | Monastère

Monastère

© France-Spiritualités™




Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif masculin [Du grec solitude ; fait du grec seul]
Couvent, lieu habité par des moines ou par des religieuses. Les grands monastères étaient autrefois des espèces de villes où les religieux trouvaient toutes les choses nécessaires à la vie. Leur origine remonte au IVème siècle, époque à laquelle saint Pacôme, dans l'Orient, et saint Martin, dans l'Occident, réunirent un certain nombre de cénobites sous une règle commune. Cette règle, pendant deux siècles, se maintint par tradition. A cette époque, le relâchement des moines nécessitait une réforme. Vers l'an 530, saint Benoît donna la première règle écrite. Cette réforme ne dura pas longtemps. Les moines commençant peu à peu à négliger le travail des mains, un nouveau relâchement plus grand que le premier s'introduisit parmi eux. Ils devinrent si puissants, que quelques-uns osèrent même se mettre à la tête d'un parti et assembler des troupes. Comme ces riches monastères avaient un grand nombre de vassaux, les abbés furent admis aux parlements ; ils prirent parti dans les guerres et osèrent même s'assimiler aux évêques. Plusieurs seigneurs laïques se mirent même en possession des meilleures abbayes, sous prétexte de les protéger. pendant tout le moyen-âge, les monastères furent le seul asile des sciences. Les moines se livrèrent à l'étude, à la prédication, et furent au bout de peu de temps en possession de toutes les cures. Quand ils se relâchèrent, ils nommèrent des vicaires pour faire leurs fonctions, mais ils se réservèrent les grosses dîmes et tous les revenus de l'Eglise, n'en laissant qu'une bien faible portion aux vicaires. Les monastères furent supprimés en 1790.
Monastère d'hommes, de filles. Les anciens monastères. Bâtir un monastère. Se retirer, s'enfermer dans un monastère. Sortir du monastère.
C'était alors la mode d'enrichir les monastères. (Dulaure)
Nous avons vu le bienheureux Adon fonder le monastère de Jouarre. (Dulaure)
Dans le IXème siècle, les Normands vinrent piller et détruire le monastère de Lagny. (Dulaure)

Monastère : Histoire
S'est dit des églises cathédrales et collégiales, et même, depuis le VIIIème siècle, de toutes les églises, tant cathédrales que paroissiales.

Monastère :
Dans la Corée, c'est le public qui fait les frais nécessaires pour la construction des monastères et des pagodes. Chaque citoyen y contribue suivant ses facultés. Ces lieux, consacrés à la piété, sont des rendez-vous de plaisir. On s'y rend en foule pour s'égayer dans les riantes promenades dont ces couvents sont ordinairement décorés. Auprès de ces lieux respectables demeurent la plupart des femmes publiques, qui choisissent ce voisinage à cause du concours de peuple que la dévotion y attire.

Synonymes comparés : monastère, abbaye, couvent, cloître.
Couvent désigne particulièrement une maison habitée par des religieux ou des religieuses, qui sont autorisés à vivre encommunauté.
Abbaye, monastère gouverné par un abbé ou une abbesse.
Monastère, maison habitée par des religieux ou des religieuses, mais avec des accessoires de retraite et d'éloignement du monde.
Cloître emporte l'idée particulière de clôture et de séparation.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), pp. 548-549.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME