Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Dictionnaire | O | Noël

Noël

© France-Spiritualités™




Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif masculin [Par corruption du latin natale, ou suivant d'autres de l'hébreu Emmanuel] Liturgie
Fête de la nativité de Notre-Seigneur, qui se célèbre le 24 décembre.
Les fêtes de Noël. Noël est une des quatre grandes fêtes de l'année. Le terme de Noël. La messe de Noël. Les trois messes de Noël.

Noël :
Cette fête remonte presque au berceau de l'Eglise d'Occident ; on en attribue l'institution au pape Télesphore, qui mourut en 138. Mais à cette époque, cette fête était la plus mobile de toutes les fêtes chrétiennes, car, parmi les Eglises orientales, les unes la célébraient au mois de mai ou au mois d'avril, d'autres au mois de janvier. Au IVème siècle, le pape Jules Ier, après une enquête sur l'époque de la naissance du Christ, la fixa au 25 décembre, sans que cette opinion fût appuyée sur des preuves bien authentiques.
Pendant longtemps, la fête de Noël et celle de l'Epiphanie se faisaient le même jour. Ce ne fut que vers l'an 377 que l'on commença à les célébrer séparément à Antioche. Cependant, les Arméniens continuèrent à confondre ces deux fêtes jusqu'au XIIème siècle. L'usage de célébrer trois messes dans cette solennité, l'une à minuit, l'autre au point du jour, la troisième le matin, est très ancien ; il remonte plus haut que le VIème siècle. Au moyen-âge, pour rendre cette fête encore plus brillante, on introduisit des sortes de mystères dans l'office, et le peuple chantait des noëls versifiés en langue vulgaire, accompagnés de l'orgue ; mais cette espèce de spectacle, innocent d'abord, dégénéra en bouffonnerie, et eut beaucoup de ressemblance avec la fête des fous. On supprima ces fêtes dans toute la chrétienté. Cependant quelques églises en conservèrent encore longtemps quelques restes ; il n'y a pas encore un siècle que des fêtes de ce genre avaient lieu à Valladolid en Espagne. Dans le Nord, Noël est la fête des enfants, l'enfant Jésus étant devenu le Sauveur du monde. En différents pays, de petits cadeaux viennent ce jour-là encourager leurs efforts et récompenser leur bonne conduite.

A la fête de Noël, et elliptiquement à la Noël :
A l'époque de la fête de Noël.
Les écrivains modernes emploient aujourd'hui ce mot généralement sans article.

Arbre de Noël :
Grosse branche de sapin ou de houx, étincelante de lumières, de fruits et de dorures dans les maisons des riches, qui fait aussi, avec des dehors plus modestes, le bonheur des chaumières, dans quelques pays du Nord.

Bûche de Noël :
Grosse bûche qu'on met au feu la veille de Noël au soir, afin qu'elle entretienne le feu pendant toute la nuit.

Jeu de Noël :
S'est dit pour Réjouissance publique.

On a tant chanté, tant crié Noël, qu'à la fin il est venu : Proverbe figué et populaire
Se dit en parlant d'une chose qui arrive après qu'on l'a fort désirée, et qu'on en a souvent parlé. Ce proverbe est né de l'usage où l'on était autrefois de crier Noël dans les rues, et de chanter dans l'église des Noëls pendant la quinzaine qui précède cette fête.

Quand Noël a son pignon, Pâque a son tison, ou plus ordinairement, Quand à Noël on voit les moucherons, à Pâques on voit les glaçons :
Quand l'hiver vient tard, le printemps est froid.

Le Noël est plus beau aux champs qu'à la ville : Proverbe

Noël :
Cantique spirituel fait en l'honneur de la nativité de Notre-Seigneur. On était autrefois dans l'habitude de faire presque tous les ans des couplets sur cette naissance, et sur les différentes circonstances qui l'ont accompagnée. On a donné à ces chansons le nom de noëls, parce qu'on les chantait aux fêtes de Noël.
Un beau noël. Un noël qui est sur un bel air. Chanter des noëls. Les noëls bourguignons. Un recueil de noëls.

Noël :
Airs sur lesquels ces cantiques ont été faits.
Exécuter des noëls sur l'orgue.

Noël :
Certaines chansons satiriques qui se font sur ces airs. Il courut un noël contre le ministère. On en faisait paraître tous les ans vers la fin de l'année. C'était une revue quelquefois spirituelle, quelqufois cynique, des abus du temps et des personnages de la cour qui prêtaient à la satire par leurs ridicules ou par leurs vices. Ce mot vieillit en cette acception.

Noël : Histoire
Cri que le peuple poussait autrefois à l'occasion d'un événement politique qu'il considérait comme heureux, c'est-à-dire à propos de la naissance d'un héritier du trône, du mariage ou de l'arrivée du souverain, etc., et en général à toutes les grandes fêtes. Il correspondait au vive le roi de nos jours.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 645.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME