Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Dictionnaire | P | Parrain

Parrain

© France-Spiritualités™



Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif masculin [Du latin patrinus, fait de pater, père]
Celui qui tient un enfant, un converti sur les fonts de baptême. L'usage des parrains est très ancien dans l'Eglise. Les persécutions des premiers siècles donnèrent lieu à cette institution. On croit que le pape Hygin en fut l'auteur au IIème siècle. Dans ces temps cruels, il était nécessaire d'avoir des témoins du baptême, et l'on engageait, par cette espèce de lien, les fidèles à veiller à l'instruction des enfants qu'ils venaient de tenir sur les fonts.
Etre le parrain d'un enfant.
Les parrains donnent ordinairement leurs noms de baptême à leurs filleuls. Autrefois, le parrain et la marraine contractaient entre eux une alliance spirituelle qui mettait empêchement au mariage. Cette rigueur des lois canoniques est à peu près tombée en désuétude.

Parrain :
Autrefois la présence du parrain et de la marraine, était en outre acquise pour la confirmation.

Parrain :
On a quelquefois donné des parrains aux évêques que l'on consacrait. Cet usage existait surtout en Espagne.

Parrain :
Se dit burlesquement de ceux qui ont donné un nom ou un sobriquet à quelqu'un.

Parrain :
Celui qui est choisi pour assister à la cérémonie de la bénédiction d'une cloche, et pour lui donner un nom.

Parrain :
Se disait autrefois dans les combats singuliers, de celui que chaque combattant choisissait pour l'accompagner, pour empêcher la surprise et pour lui servir de témoin.
Les deux combattants se trouvèrent au lieu du combat chacun avec ses parrains.
Chacun des combattants avait ordinairement avec lui deux parrains, qui visitaient les armes, faisaient faire aux champions leur prière et leur confession à genoux, et après leur avoir demande s'ils n'avaient aucune parole à faire passer à leur adversaire, ils les laissaient en venir aux mains.

Parrain :
Dans les ordres militaires, le chevalier qui présente le novice à sa réception.

Parrain :
Celui qu'un soldat qui doit être passé par les armes choisit pour lui bander les yeux.
Mme de Sévigné l'applique plaisamment à M. de la Rochefoucauld alors dangereusement malade. Il était question de l'Anglais, des médecins et du frère Ange ; il a choisi son parrain ; c'est frère Ange qui le tuera, si Dieu l'a ainsi ordonué.

Parrain : Antiquité
Jeunes gens qui dans le cirque conduisaient les chariots, les représentations et les images des dieux. Ils avaient une fonction semblable à celle des enfants qu'on habille en anges dans les cérémonies ecclésiastiques pour y jeter des fleurs, porter des encensoirs et des lumières, etc.

Parrain : Histoire
Se disait à Goa, de personnes riches et considérables, qui accompagnaient les condamnés à l'auto-da fé.

Parrain : Histoire
S'est dit aussi d'une personne de qualité qui coupait les premiers cheveux d'un enfant de grande maison. Charles Martel envoya son fils Pépin à Luitprand, roi des Lombards, afin que celui-ci lui coupât les cheveux et devînt son parrain.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 784.


Un lien vers cette page se trouve dans les pages suivantes :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2022  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME