Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Dictionnaire | Ange

Ange

© France-Spiritualités™




Albert Poisson

      Symbolise parfois la sublimation, ascension d'un principe volatil, comme dans les figures du Viatorium spagyricum.  Albert Poisson, Théories et symboles des alchimistes (1891) - Dictionnaire des symboles hermétiques



Dom Antoine-Joseph Pernéty

      Les Philosophes Chymiques donnent quelquefois ce nom à la matière volatile de leur pierre. Ils disent alors que leur corps est spiritualisé ; et qu'on ne réussira jamais dans le grand œuvre, si on ne corporifie les esprits, et ne spiritualise les corps. Cette opération est la sublimation philosophique ; et l'on doit savoir que le fixe ne se sublime jamais, s'il n'est aidé du volatil.  Dom Antoine-Joseph Pernety, Dictionnaire mytho-hermétique, Edition de 1758 - Français modernisé par France-Spiritualités.



Phaneg (Georges Descormiers)

      La puissance des Anges se manifeste seule en apparence, tandis que Pierre est mis dans un certain état de sommeil ; il croit rêver, mais, en réalité, s'habille et agit ; l'Ange le conduit et le guide. Pierre passe invisible au milieu des gardes.

      L'Etat particulier où se trouve l'Apôtre peut suggérer les réflexions suivantes : Si notre corps matériel ne suit pas davantage les gestes du double, c'est que ce dernier est, en général, assez loin, et que la force n'arrive pas complètement le long des multiples canaux qui unissent nos deux corps. Il peut se faire, du reste, qu'un dormeur exécute en partie, et sans en avoir conscience, quelques unes des impressions que reçoit son cerveau. Quand la force fluidique, dont je parle, est trop grande et mal répartie, c'est alors le somnambulisme naturel complet.

      Ce fut, je pense, autre chose pour Pierre... Un état d'extase particulier peut être voulu par son esprit, qui obligea l'Ange à le réveiller : c'est-à-dire à rétablir l'équilibre de la force nerveuse, entre le cerveau et les organes du grand sympathique ; à rappeler aussi, les principes supérieurs extériorisés.

      L'homme qui a reconnu la vanité des sciences humaines, et qui voit dans les paroles vivantes du Christ, non matière à discuter, mais matière à aimer, peut trouver dans le sommeil, des indications et des renseignements très utiles. L'état particulier dans lequel Pierre fut plongé, permet de faire allusion aux disciples de l'Evangile, de les étudier sur lui-même ; c 'est dans certains de ces états, que son maître le guide, lui signale les obstacles de la route, lui permet d'examiner le monde invisible surnaturel, où règne le Christ, où vivent les Anges et les créatures spirituelles les plus pures. Les "Actes" font également allusion ici à une parole, qui peut être pour nous, l'occasion d'un enseignement précieux : dès que Pierre, après sa délivrance, eût constaté, sans étonnement, le secours évident accordé par le ciel, il se dirigea vers la maison de Marie, mère de Jean, où il savait que les disciples étaient réunis. Prévenus, et ne pouvant croire à sa présence corporelle, ses amis s'écrient : « Ce n'est pas lui, c'est son Ange ! »

      Cette expression indiquait bien, ce qu'à notre époque, on nomme le corps fluidique ; il est certain que les disciples avaient dû, plusieurs fois, recevoir la visite spirituelle de leurs maîtres, puisque cela se produit encore de nos jours et s'est réalisé de tout temps, dans certains centres, peu connus de l'initiation chrétienne.

      Mais ce mot nous révèle surtout un mystère bien plus élevé du surnaturel divin ; certaines instructions orales respectables, nous enseignent, en effet, qu'une créature spirituelle accompagne chacun de nous, dès l'origine inconnaissable de son esprit. Ce n'est pas l'Ange gardien, ni ce que le gnostique Valentin appelle "l'esprit d'imitation spirituelle". Il y a entre notre moi central et cet Etre, une ressemblance, non pas absolue, mais presque complète. Il n'est pas nous cependant, mais il nous reflète avec perfection ; il n'est pas incarné, mais depuis des siècles sans nombre, il a constamment assisté notre esprit dans sa lente ascension vers le soleil des vérités perdues. Il a souffert avec lui ; il s'est assimilé avec tant de force, toutes les connaissances enregistrées par lui, qu'il est tout à fait capable, lorsqu'il s'agit surtout de notre monde physique inférieur, de parler ou d'agir pour nous. Il lui est permis, en certains cas, de venir consoler, à notre place, après la mort, ceux qui nous pleurent. Tout ce qu'il dira, nous l'aurions dit, si nous en avions été capables. Ce mystère valait d'être rappelé, car il renferme, en somme, une preuve nouvelle de la bonté de Dieu à notre égard.  Phaneg, Après le départ du Maître, Bibliothèque Universelle Beaudelot, Paris, s.d., pp. 203-207.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME