Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Dictionnaire | Eglise

Eglise

© France-Spiritualités™




Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif féminin [Du grec assemblée ; du radical j'appelle]
Mot qui se prend dans les auteurs profanes grecs et latins pour toutes sortes d'assemblées publiques, en même temps que pour le lieu où se tiennent ces assemblées. Quelquefois même les écrivains sacrés et les auteurs ecclésiastiques l'ont employé dans ce sens, mais plus ordinairement ils ont affecté le terme d'église aux assemblées des chrétiens, comme le terme de synagogue, qui signifie également assemblée, congrégation, est demeuré exclusivement affecté aux juifs. Ainsi, dans le Nouveau testament, le mot grec ιχχλησια signifie toujours le lieu destiné à la prière, ou l'assemblée des fidèles répandus dans toute la terre, ou les fidèles d'une ville, d'une province ou même d'une famille, ou enfin les pasteurs de l'Eglise.

Eglise :
Nom que les théologiens catholiques donnent à la société de tous les fidèles réunis par la profession d'une même foi, par la participation aux mêmes sacrements et par la soumission aux pasteurs légitimes, principalement au pontife romain, successeur de saint Pierre ; société qui a pour caractères d'être une, sainte, catholique et apostolique ; une, par l'union de ses membres sous la conduite des pasteurs légitimes, et par l'unité de sa doctrine ; sainte, par la sainteté de sa doctrine, qu'elle tient de Jésus-Christ, par la sainteté de ses sacrements, et parce qu'il ne peut y avoir de saints hors d'elle ; catholique, parce qu'elle embrasse tous les lieux, qu'elle fait profession de croire et d'enseigner partout la même doctrine, de prendre pour règle de sa foi l'universalité de croyance qui est suivie dans toutes les sociétés particulières dont elle se compose ; apostolique, parce qu'elle enseigne la doctrine des apôtres, et parce que ses pasteurs sont sans interruption les successeurs des apôtres.
Les commandements de l'Eglise. L'enseignement de l'Eglise. La foi de l'Eglise. Les canons de l'Eglise. A la naissance de l'Eglise. Les lois de l'Eglise. Le pape est le chef de l'Eglise. Les conciles de l'Eglise. Les cérémonies de l'Eglise. L'unité de l'Eglise.
L'Eglise est la colonne et le soutien de la vérité. (Saint Paul)
L'unité de l'Eglise renferme nécessairement l'unité de communion. (Nicée)
L'Eglise est un corps unique dont tous les membres sont liés ensemble, en sorte que tout ce qui n'appartient point à ce corps unique n'est point l'Eglise. (Nicée)
L'universalité de l'Eglise est un des caractères les plus éclatants qui appartiennent à l'Eglise. (Nicée)
Les hérétiques sont les membres gâtés et retranchés de l'Eglise. (Nicée)
L'infaillibilité de l'Eglise consiste dans la certitude invincible du témoignage qu'elle rend de sa doctrine, et dans l'obligation dans laquelle est chaque fidèle d'acquiescer et de croire à ce témoignage. (Bossuet)
L'Eglise, féonde en grands hommes, confondit toutes les erreurs. (Bossuet)
Ils n'entrèrent dans le sein de l'Eglise que pour la blesser de plus près par une vie sacndaleuse. (Fléch.)

Mais après que l'Eglise eut, aux yeux des mortels,
De son sang en tous lieux cimenté des autels.

(Boileau)

Eglise primitive :
Les premiers chrétiens qui vivaient à la naissance de l'Eglise.

Eglise militante :
Assemblée des fidèles qui sont sur la terre.

Eglise triomphante :
Assemblée des fidèles qui sont déjà dans la gloire.

Eglise souffrante :
Fidèles qui sont dans le Purgatoire.

Eglise :
Assembles particulières des fidèles en diverses provinces, ou diocèses.
L'Eglise d'Orient. l'Eglise d'Occident. L'Eglise latine. l'Eglise gallicane. L'Eglise des Gaules. L'Eglise d'Italie. L'Eglise d'Espagne. L'Eglise d'Angleterre.
Le schisme de l'Eglise d'Orient d'avec celle de l'Occident a causé de grands désordres. (Trév.)

Eglise :
Société des pasteurs qui sont les premiers administrateurs de l'Eglise, qui y ont autorité.
L'Eglise et l'Etat. Séparer l'Etat et l'Eglise.
En vain on dirait que l'Eglise est dans l'Etat ; l'Eglise, il est vrai, est dans l'Etat pour obéir au prince dans tout ce qui est temporel ; mais quoiqu'elle se trouve dans l'Etat elle n'en dépend jamais pour aucune fonction spirituelle. (Mass.)
Le monde en se soumettant à l'Eglise n'a point acquis de droit de l'assujétir ; les princes, en devenant les enfants de l'Eglise, ne sont pas devenus ses maîtres. (Mass.)
L'empereur, disait saint Ambroise, est au dedans de l'Eglise, mais il n'est pas au-dessus d'elle. (Mass.)
L'Eglise demeure sous les empereurs convertis aussi libre qu'elle l'était sous les empereurs idolâtres et persécuteurs. (Mass.)
Que les princes ne se flattent pas que l'Eglise tomberait s'ils ne la portaient dans leurs mains. S'ils cessaient de la soutenir, le Tout-Puissant la porterait lui-même. Suspendue entre le ciel et la terre, elle n'a besoin que de cette main invisible et toute-puissante. Malgré les tempêtes du dehors et les scandales du dedans, l'Eglise demeure immortelle ; pour vaincre, elle se contente d'obéir, de souffrir, de mourir. (Fénelon)

Eglise :
Les sectes dissidentes ont à leur tour défini l'Eglise à leur manière, chacune suivant ses préjugés ou son intérêt. Aisin, au IIIème siècle, les montanistes et les novatiens entendaient par le mot église la société des justes qui n'ont pas péché grièvement contre la foi ; au IVème, les donatistes la définissaient, l'assemblée des personnes vertueuses qui n'ont pas commis de grands crimes ; au Vème, Pélage voulait que ce fût la société des hommes parfaits qui ne se sont souillés d'aucun péché ; au XIVème, Wiclef, et Jean Hus, au XVème, décidèrent que c'était l'assemblée des saints et des prédestinés, définition qui fut adoptée par Luther et Calvin. De nos jours, le livre de Quesnel a fait consister la catholicité de l'Eglise en ce qu'elle renferme tous les anges du ciel, tous les élus et les justes de la terre et de tous les siècles.

Eglise d'Occident / Eglise latine :
Dans le principe, nom collectif des Eglises d'italie, d'Espagne, d'Afrique, des Gaules et des pays du Nord.
Aujourd'hui, Toute la société des catholiques unis de communion avec le souverain pontife. Dès le second siècle, temps auquel vivait saint Irénée, l'Eglise de Rome était déjà nommée la mère et la maîtresse des autres églises. Elle est aujourd'hui la seule des Eglises apostoliques qui subsiste. Fondée par les apôtres saint Pierre et saint Paul, elle a envoyé la lumière de l'Evangile dans tout l'Occident, et a toujours été regardée comme le centre de l'unité catholique ; elle a pour maxime que quiconque n'est pas soumis au pontife romain n'appartient pas au troupeau de Jésus-Christ. On dit aussi en parlant de cette Eglise, l'Eglise romaine, ou l'Eglise, tout simplement.

Eglise grecque / Eglise d'Orient :
Dénomination par laquelle on désigna d'abord les Eglises fondées par les apôtres dans la Grèce, puis toutes les provinces soumises plus tard à l'empire d'Orient et dans lesquelles on parlait grec.
Aujourd'hui, Eglises séparées de l'Eglise romaine par le grand schisme d'Orient, et comprenant la Grèce proprement dtie, les îles de l'Archipel, l'Asie Mineure, avec quelques contrées orientales et de plus un certain nombre d'Eglises de Pologne et presque toutes celles de la Russie. On y connaît la société des Jacobites, des Coptes, des Ethiopiens ou Abyssins, des Nestoriens et des Arméniens.

Eglise catholique, apostolique et romaine :
Appellation distinctive de la religion dans laquelle nous vivons en france, ou du moins qui est celle de la majorité des Français et celle de l'Eglise qui les réunit dans sa communion.

Eglises chrétiennes :
Sociétés séparées de l'Eglise catholique par le schisme et l'hérésie.

Eglise anglicane :
Voir Anglican.

Eglise gallicane :
Voir Gallican.

Eglises réformées :
Ensemble des communautés religieuses qui se séparèrent de Rome dans la première moitié du XVIème siècle et fondèrent de nouveaux rites et de nouveaux dogmes. Ces sociétés sont peu identiques et montrent des différences très sensibles sur l'administration du clergé, sur le culte et sur la doctrine. les principales sont les luthériens, les calvinistes, les sociniens, les quakers, les frères moraves.

Petite église :
Classe d'ecclésiastiques et de catholiques qui se refusèrent à reconnaître le concordat conclu entre Pie VII et Napoléon, concordat par lequel le nombre des diocèses français était diminué, et par lequel le pape supprima la juridiction des évêques dont les sièges avaient été maintenus, mais auxquels le premier consul avait refusé sa confiance ou leur radiation de la liste des émigrés.

Eglise :
Edifice consacré à l'exercice public du culte chrétien catholique, et dont le plan comporte, comme parties essentielles, le sanctuaire et le chœur, pour le clergé, la nef en vue de l'autel pour le peuple, la sacristie, le clocher, et s'élevant sur un parallélogramme allongé avec ou sans portique, ou en croix grecque ou latine.
Aller à l'église. Venir de l'église. Entrer à l'église. Sortir de l'église. Belle, jolie, magnifique église. Eglise riche, vaste, petite église. Eglise gothique. Eglise nouvelle. Vieille église. Construire, édifier une église. Renverser les églises. Fermer les églises. Se réfugier dans une église. Le proche, les bas-côtés, la nef, et le chœur d'une église. L'autel de l'église. Le clocher de l'église. Les cloches de l'église. Chant d'église. Eglise métropolitaine. Eglise pontificale. Eglise patriarcale. Eglise cathédrale, collégiale, paroissiale. Eglises en croix grecque. Eglises en crois latine. Eglise en retonde. Eglise simple. Eglise souterraine. L'église de Notre Dame, de Saint-Eustache. L'église de Saint-Paul. L'église de Saint-Pierre.
A l'extrémité, une église doit, au premier coup d'œil, respirer la grandeur et la dignité. (Duchesne)
Les tours, lorsqu'elles sont d'une bonne porportion, donnent aux églises une belle apparence. (Duchesne)
Les voûtes de l'église, les autels, les colonnes, les saints se retirent sous des voiles funèbres. (Chateaubriant)
La première église qui a été bâtie publiquement par les chrétiens a été, dit-on, celle Saint-Sauveur à Rome, fondée par Constantin, comme on le voit par les lettres du pape Nicolas VII. (Trév.)

Grande église :
Se dit en plusieurs endroits de la principale église du lieu.

Eglise :
S'est dit, par excellence, au moyen-âge, des cathédales et des paroisses.

Eglise :
Etat ecclésiastique.
Etre destiné à l'Eglise. Entrer dans l'Eglise. Un homme d'église. Gens d'église.
Qu'on destine mon élève à l'épée, à l'église, au barreau, peu m'importe. (Jean-Jacques Rousseau)
On n'avait point vu en France depuis les cardinaux de La Valette et de Sourdis, d'homme qui réunît la profession des armes et celle de l'Eglise. (Lav.)

Cour d'église :
Juridiction de l'archevêque ou de l'évêque.

Faire, contracter un mariage en face de l'Eglise :
Se marier avec toutes les cérémonies et toutes les solennités de l'Eglise.

C'est un pilier d'église : Figuré et familier
Se dit d'une personne dévote qui est toujours à l'église.

Près de l'église et loin de Dieu :
Se dit d'une personne qui loge près de l'église et qui s'acquitte mal de ses devoirs de chrétien.

Etre gueux comme un rat d'église : Locution proverbiale
Etre très pauvre.

Synonymes comparés : église / temple
Ces deux mots signifient un édifice consacré au culte de la Divinité. A l'égard du paganisme et de la religion protestante, on se sert du mot temple, dans tous les styles ; église se dit à l'égard de la religion romaine dans le style ordinaire, et temple dans le style pompeux.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume I (A-F) (1856), pp. 1082-1083.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME