Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Papes & Antipapes | B | Antipape Benoît V le Grammairien (? - 05 juillet 965, à Hambourg)

Antipape Benoît V le Grammairien

(? - 05 juillet 965, à Hambourg)
Pape de mai 1964 au 05 juillet 965 - Pape considéré comme légitime par certains
© France-Spiritualités™




      Benoît V, Romain, fut élu pape en mai 964, avec des circonstances qui ne peuvent être bien connues qu'en rappelant quelques faits antérieurs. Jean XII, son prédécesseur, protégé par l'empereur Othon le Grand, contre la tyrannie de Bérenger et de son fils Adalbert, s'était depuis montré ingrat envers son bienfaiteur, en se jetant dans le parti de ses ennemis. Othon, irrité contre Jean XII, avait convoqué à Rome un concile où ce pape avait été déposé, et où on lui avait donné pour son successeur Léon VIII. L'Empereur s'étant absenté de Rome, Jean XII y rentra, au moyen des intelligences qu'il avait conservées avec les Romains, et tint à son tour un concile, où il déposa Léon VIII ; mais bientôt après, Jean XII mourut, et sa faction se hâta de lui donner Benoît V pour successeur. Othon revint alors sur ses pas, mit le siège devant Rome, qui fut pressé par la famine, et se rendit en recevant Léon et en abandonnant Benoît. Un nouveau concile remit Léon sur le siège pontifical, et Benoît y parut pour s'humilier et demander grâce à son rival victorieux. Il partit avec l'Empereur qui retournait en Allemagne, et le remit à la garde d'Adaldague, archevêque de Brême et de Hambourg. Benoît V mourut, dans cette dernière ville, le 05 juillet 965. Mais Léon VIII était mort à Rome trois mois auparavant. L'élection de Jean XIII, successeur de ces deux concurrents, ne s'étant faite que le 02 octobre, il en résulte que l'on paraît avoir attendu le décès de Benoît pour faire une autre élection, et qu'en ce moment, on le regardait comme pape légitime. L'Empereur lui-même était prêt à le rendre aux Romains, qui le redemandaient après la mort de Léon VIII. Benoît était en effet savant, vertueux et digne d'être pape, si son élection eût été plus régulière. On n'en a point prononcé la nullité absolue, parce qu'il a paru très difficile de décider si les différents conciles assemblés pour teminer ces querelles, presque entièrement politiques, avaient une autorité suffisante pour faire loi. De grandes dissertations ont été publiées sur ce point. On peut en voir le résumé assez exact dans l'Abrégé chronologique de l'histoire d'Italie, par St-Marc, tome 2, pp. 781 et suiv. Il nous suffira de dire ici que l'usage a prévalu de compter également Léon VIII et Benoît V dans les ligne des papes légitimes.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 3 - Pages 647-648)


Un lien vers cette page se trouve dans la page suivante :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2022  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME