Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Papes & Antipapes | B | Pape Benoît VIII Jean (?, à Tusculum - 10 juillet 1024)

Pape Benoît VIII

Jean (?, à Tusculum - 10 juillet 1024)
142ème pape - Pape du juillet 1012 au 10 juillet 1024
© France-Spiritualités™




      Benoît VIII, nommé Jean, évêque de Porto, fils de Grégoire, né, suivant Platina, à Tusculum, succéda à Sergius IV ; il fut élu pape au mois de juillet 1012, en concurrence d'un autre Grégoire, dont la faction eut le dessous. Mais elle se relava bientôt, et Benoît, chassé de Rome, fut obligé de venir en Saxe implorer le secours de Henri, roi d'Italie, depuis Empereur et mis au nombre des saints. L'année suivante, le monarque passa en Italie, où il reçut, le jour de Noël 1015, la couronne impériale des mains de Benoît VIII, qu'il avait rétabli dans sa dignité. Henri promit au pape d'être le protecteur et le défenseur de l'Eglise, et fidèle en tout à lui et à ses successeurs. Quelques écrivains disent qu'il ajouta cependant la réserve de ses droits sur la souveraineté de Rome. Il fit du moins cette réserve dans une circonstance ultérieure, c'est-à-dire lorsqu'il renouvela au pape la donation de Pépin, de Charlemagne et d'Othon Ier.

      En 1016, les Sarrasins ayant fait une irruption en Toscane, s'emparèrent de la ville de Lune ou Luni, chassèrent l'évêque et se rendirent maîtres du pays. Benoît VIII assembla aussitôt les évêques et les défenseurs des églises, et leur ordonna de marcher avec lui contre les ennemis. En même temps, il envoya une multitude de barques pour leur couper la retraite. Le succès répondit aux efforts de Benoît. Les Sarrasins furent taillés en pièces ; leur roi se sauva avec peine, la reine fut prise et eut la tête coupée. Le pape partagea ses riches dépouilles avec l'Empereur. Le monarque sarrasin, irrité, envoya au pape un sac rempli de châtaignes, en lui signifiant que l'année suivante il reviendrait avec autant de soldats. Benoît répondit à ce défi par une allégorie du même genre, en envoyant au Sarrasin un petit sac plein de grains de millet. La même année, l'Italie eut une autre guerre à soutenir contre les Grecs qui avaient sujugué une partie de la province de Bénévent. Un seigneur normand, nommé Raoul, vint à Rome offrir le secours de son bras et de ses compagnons pour en chasser les ennemis. Benoît accepta cet appui, et le succès répondit aux espérances. C'est à cette époque qu'il faut rapporter les commencements de la gloire qui devait accompagner le nom des Normands dans cette partie de l'Italie. En 1020, le pape retourna encore en Allemagne, pour presser l'envoi de nouveaux secours contre les Grecs qui menaçaient Rome même. Henri y vint en personne avec son armée, et, appuyé par de nouveaux renforts de Normands, il obtint des victoires complètes. Le pape avait tenu précédemment un concile à Pavie, pour la réforme des mœurs des ecclésiastiques, à qui le mariage même fut défendu, suivant les décrétales de saint Sirice et de saint Léon.

      Le 10 juillet 1024, Benoît VIII mourut, au bout de 12 ans de pontificat. Il ne paraît pas qu'il ait laissé d'ouvrages. Les historiens n'ont point fait son éloge ; mais, d'après les traits de sa vie, on peut juger qu'il eut des qualités et des vertus, et que sa mémoire est digne de quelque estime, comme politique, comme guerrier et comme ministre de la religion.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 3 - Page 648)


Un lien vers cette page se trouve dans la page suivante :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME