Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Papes & Antipapes | B | Pape Benoît XI (saint) Niccolo Boccasini, dit Nicolas de Trévise (1241, près de Trévise - 06 juillet 1304, à Pérouse)

Pape Benoît XI (saint)

Niccolo Boccasini, dit Nicolas de Trévise (1241, près de Trévise - 06 juillet 1304, à Pérouse)
192ème pape - Pape du 27 octobre 1303 au 06 juillet 1304
Fêté le 07 juillet
© France-Spiritualités™




      Saint Benoît XI fut élu pape le 27 octobre 1303, après la mort de Boniface VIII. Il était fils d'un notaire ou greffier de Trévise, nommé Boccasio Boccasini ; selon d'autres, son père était un pauvre berger. Il fut élevé à Venise, où, très jeune encore, il gagnait sa vie à instruire des enfants. Il se retita ensuite chez les frères prêcheurs, où il se distingua tellement par sa science et sa vertu, qu'il passa rapidement par toutes les charges, et fut sous-prieur, prieur, provincial, et enfin, neuvième général de l'ordre. Ce fut Boniface VIII qui le fit cardinal. Il était connu sous de nom de Nicolas de Trévise ; il était en outre évêque d'Ostie au moment de son exaltation. Elle se fit en peu de moments, et d'une voix unanime. Pendant la durée de son pontificat, qui ne fut que de 8 mois, Benoît XI répara quelques-uns des maux que l'on reprochait à la mémoire de son prédécesseur. Il reçut les envoyés de Philippe le Bel, qu'il releva des censures lancées par Boniface VIII. Il est à remarquer cependant que le roi des Francs n'avait pas demandé cette absolution, mais avait permis simplement à ses envoyés de la recevoir en son nom. Philippe faisait la demande d'un concile, qui fut éludée, les avis s'étant trouvés partagés dans le sacré collège. Benoît XI, parmi toutes les excommunications prononcées par Boniface VIII, n'en laissa subsister que trois, entre autres celles de Guillaume de Nogaret et de Sciarra Colonne. Les autres membres de cette dernière famille furent rétablis dans leurs biens et dans leurs dignités. Benoît envoya à Florence le cardinal de Prato, pour tâcher de réconcilier les deux factions ennemies des Guelfes et des Gibelins. Cette négociation infructueuse fut encore troublée par un événement sinistre, la chute du pont sur l'Arno, qui était chargé d'une multitude de spectateurs. Benoît, porté par reconnaissance en faveur des frères prêcheurs, les autorisa, sous certaines restrictions, à exercer la prédication et la confession sans avoir recours à leur évêque. Il fit trois cardinaux, et tous furent pris dans cet ordre. Il mourut à Pérouse, le 06 juillet 1304, âgé de 63 ans. On fit courir le bruit qu'il avait été empoisonné dans des figues qu'un jeune garçon habillé en fille lui avait apportées, et dont il mangea beaucoup. On ne connaît aucun fondement raisonnable à un tel soupçon. Benoît XI n'était pas sans mérite. La courte histoire de sa vie prouve qu'il avait de la douceur dans le caractère, de la reconnaissance dans le cœur, et que sa politique était fondée sur l'amour de la paix. On a de lui des sermons, des commentaires sur l'Ecriture sainte, et une lettre circulaire qu'il écrivit aux frères prêcheurs lorsqu'il fut élu général de l'ordre. Cette lettre se trouve dans le tome 4 du Thesaurus novus ancedolorum, de D. Martène.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 3 - Pages 469-470)


Un lien vers cette page se trouve dans la page suivante :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME