Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Papes & Antipapes | B | Pape Benoît XIII Vincenzo Maria Orsini (02 février 1649, à Gravina, près de Naples - 21 février 1730, à Rome)

Pape Benoît XIII

Vincenzo Maria Orsini (02 février 1649, à Gravina, près de Naples - 21 février 1730, à Rome)
243ème pape - Pape du 29 mai 1724 au 21 février 1730
© France-Spiritualités™




      Benoît XIII, élu pape le 29 mai 1724, succéda à Innocent XIII. Il était de l'illustre famille des Ursins ou Orsini. Il naquit à Rome, le 02 février 1649 (1). Ses prénoms étaient Pierre-François : il prit ceux de Vincent-Marie en entrant dans l'ordre des dominicains de Venise, fut nommé cardinal en 1672, et fut successivement évêque de Manfredonia, de Césène, et enfin archevêque de Bénévent. Ce fut dans cette dernière ville que, le 05 juin 1688, un tremblement de terre pensa lui coûter la vie : la secousse renversa une partie du palais épiscopal. Un gentilhomme, qui était à ses côtés, fut écrasé. Le prélat fut précipité de l'appartement du second jusque sur la voûte de la cave, où quelques roseaux (ce sont les propres expressions de l'historien) se croisèrent en tombant et formèrent une espèce de cintre qui le mit à l'abri. Au bout d'une heure et demie, on parvint à le retirer des décombres, et le jour même il pêcha, le saint sacrement à la main. Bénévent fut réparé et embelli par ses soins. Benoît XIII porta sur le siège pontifical des vertus qui ont fait honorer sa mémoire. Il voulait sincèrement mettre fin aux troubles que la constitution avait causés. Par un bref du 06 novembre 1724, adressé à tous les professeurs de l'ordre de saint Dominique, où il approuvait hautement la doctrine des thomistes sur la grâce et la prédestination, il prend à cœur de justifier la bulle de Clément XI du reproche qu'on lui faisait, de donner atteinte à la doctrine de saint Thomas et de saint Augustin. Un an après, en 1725, il tint à Rome un concile, dans la cinquième section duquel on traita de la constitution Unigenitus. On en fit la lecture, et elle fut insérée dans les actes du concile. On forma un décret sur ce sujet. Depuis, Benoît XIII revint encore sur ces matières, et, tout en défendant la doctrine des dominicains sur la prédestination gratuite et sur la grâce efficace, dans sa bulle Pretiosus, il en rendit une autre où il se déclare ouvertement pour la constitution. Cette dernière bulle occasionna par la suite, en France surtout, beaucoup de persécutions ; et cependant, rien n'était plus contraire à ses intentions pacifiques. Benoît XIII était lié avec le cardinal de Noailles, et lui avait promis un bref approbatif de douze articles expliqués dans une lettre de ce prélat, et qui devaient mettre fin à toutes les disputes ; mais il paraît qu'une secrète opposition de la part des constitutionnaires empêcha l'effet de cette bonne intention. La conduite incertaine, énigmatique de Benoît XIII dans ces circonstances, ne tenait point à un défaut de sincérité, mais à une confiance aveugle en des gens qui ne la méritaient pas. Le cardinal Coscia en abusa d'une manière scandaleuse. A la mort de Benoît, le peuple voulait mettre en pièces cet indigne ministre. Clément XII lui faire son procès. Il fut enfermé au château St-Ange, et n'en sortit que sous Benoît XIV, qui l'exila à Naples, où il mourut gorgé d'or et couvert de mépris. Benoît XIII, en 1729, donna un bref pour autoriser la légende de Grégoire VII, dans laquelle les entreprises de ce pape sur les droits temporels des souverains étaient préconisées avec affectation. Ce bref, qui se trouve dans le Bullarium Romanum, édition de Luxembourg, tome 10, éprouva de grandes contradictions, et fut rejeté par la plupart des églises de l'Europe.

      Benoît XIII, après avoir vécu en assez bonne intelligence avec la cour de Vienne, qui lui avait rendu Comachio, se brouilla de nouveau avec elle, au sujet des duchés de Parme et de Plaisance, qu'il prétendait devoir relever du saint-siège, tandis que le cabinet de Vienne en disposait comme fiefs de l'Empire. Cette contestation, qui durait depuis longtemps, resta encore indécise pour le moment.

      Benoît XIII mourut le 21 février 1730, âgé de 81 ans, après un pontificat de 5 ans et 8 mois. On ne peut que louer sa piété, sa vertu, son zèle pour la religion et sa libéralité envers les pauvres. Il manqua d'un juste discernement dans le choix de ses ministres, et de fermeté dans l'exécution de ses desseins. Rien n'égalait sa douceur et son humilité. « J'aime, disait Benoît XIV, j'aime la bonhomie de Benoît XIII, qui dit reculer son carrosse dans Rome même, pour ne pas avoir d'affaire avec un gentilhomme romain. » On a de Benoît XIII des homélies sur l'Exode, qu'il avait prononcées étant archevêque de Bénévent, 2 vol? in-4°, Rome, 1724. Le 3ème volume, publié en 1725, est d'un dominicain, que le pape avait chargé de compléter l'ouvrage. Sa vie a été écrite en latin par Alexandre Borgia, archevêque de Fermo, et dédiée à Benoît XIV, Rome, 1741, in-4°.


__________________________________________________________________________________________________
(1)  (1) De Ferdinand Orsini, duc de Gravina, et de Jeanne Frangipani.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 3 - Pages 651-652)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME