Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Papes & Antipapes | C | Pape Clément XII Lorenzo Corsini (1652, à Florence - 06 février 1740, à Rome)

Pape Clément XII

Lorenzo Corsini (1652, à Florence - 06 février 1740, à Rome)
244ème pape - Pape du 30 juillet 1730 au 06 février 1740
© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      Clément XII succéda à Benoît XIII, et fut élu pape le 30 juillet 1730, le 12, suivant d'autres historiens. Il s'appelait Laurent Constat (Lorenzo dé Corrini), et sa famille est encore une des plus illustres de Florence. Il était né en 1652, et âgé de soixante-dix-huit ans lorsqu'il fut élevé au pontificat. Il fut successivement préfet de la signature de grâce, nonce apostolique à la cour de Vienne, où l'on ne voulut pas le recevoir en cette qualité, archevêque de Nicomédie, trésorier de la chambre apostolique, enfin cardinal en 1706.
      Le conclave où il fut nommé pape avait duré plus de quatre mois. Le désordre des finances, occasionné par les malversations du cardinal Coscia, sous le pontificat précédent, avait indigné les Romains, qui demandaient hautement la punition du coupable. Elle fut prononcée, et c'est un des premiers actes de souveraineté de Clément XII. Il publia un jubilé, et fit des lois somptuaires (1). Il se prétendit souverain des duchés de Parme et de Plaisance, et fit afficher un acte de prise de possession, avec défense de reconnaître d'autre puissance que la sienne ; mais le cardinal Stampa fit ôter l'affiche, et prit possession au nom de l'infant don Carlos.

      Clément XII protégea les dominicains, attribua à leurs écoles les privilèges dont jouissaient les universités. Dans la bulle Verbo descripto, qu'il donna à cet effet, il fit l'éloge de saint Thomas et de sa doctrine ; mais dans un autre bref, dit Aposlolicæ Providentiæ, il déclara que les louanges qu'il avait données, ainsi que ses prédécesseurs, à la doctrine de saint Thomas, ne devaient pas empêcher que les autres écoles ne soutinssent à l'ordinaire, sur les matières de la grâce, les sentiments qu'elles avaient professés jusqu'alors licitement, et en tous lieux. Il défend de flétrir d'aucune note injurieuse ces mêmes écoles, jusqu'à ce qu'il ait plu au saint-siège de prononcer définitivement sur ces matières de controverse. Cette conduite du pape, contradictoire en apparence, était une suite du système adopté par la cour de Rome dès le commencement de ces disputes. (Voyez Clément VIII.) Il se montra moins pacifique dans le bref qu'il donna pour condamner l'instruction pastorale de l'évêque de Montpellier (Colbert), et dans celui qui condamna pareillement un mandement de l'évêque d'Auxerre (Caylus) sur un miracle opéré dans son diocèse : ce dernier bref fut supprimé par arrêt du parlement.

      La guerre qui s'alluma à cette époque, et dont l'Italie fut le théâtre, causa de grands embarras au souverain pontife. L'entrée et le séjour successif des troupes impériales et espagnoles grevèrent de contributions les habitants de Ferrare, de Bologne et de Ravenne, que le pape fut obligé d'indemniser de ses propres deniers. Clément XII eut aussi des démêlés avec la cour de Turin, et, en 1758, il donna au roi des Deux-Siciles l'investiture du royaume de Naples, avec la cérémonie de la présentation de la haquenée, signe habituel de l'hommage rendu en pareil cas. Il canonisa l'instituteur des sœurs de charité, Vincent de Paul, le bienheureux Régis, de la société de Jésus. Il fit aussi la béatification de Joseph de Léonissa, capucin.

      Ce pape mourut le 06 février 1740, âgé de 88 ans, après 10 ans environ de pontificat. Il était sujet à des accès de goutte très douloureux. Carraccioli prétend (Vie de Clément XIV) que Clément XII fut aveugle pendant neuf ans. On ne trouve nulle trace d'un fait aussi extraordinaire. Il lui donne douze ans de pontificat, ce qui est évidemment inexact. Clément XII mérita d'être loué pour sa piété, sa justice et sa bienfaisance. Les Romains lui érigèrent une statue de bronze, qui fut placée au Capitole. Benoît XIV lui succéda.


________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
(1)  A la mort sans postérité d'Antoine Farnèse, duc de Parme, arrivée le 20 janvier 1731, le pape employa tous les moyens pour faire reconnaître les duchés de Parme et de Plaisance comme fiefs de l'Eglise, et ne pouvant empêcher les troupes impériales de les occuper il protesta formellement. Ces duchés, que l'Empereur consentit ensuite à remettre à don Carlos, furent cédés en toute propriété à la maison d'Autriche par le traité du 18 novembre 1738, et passèrent plus tard en d'autres mains.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 8 - Pages 399-400)



Dictionnaire universel d'histoire et de géographie de Bouillet

      Clément XII, Laurent Corsini, élu en 1230, mort en 1740, à 88 ans, diminua les impôts, punit ceux qui avaient prévariqué dans leurs emplois sous le pontificat précédent, et gouverna l'Eglise avec sagesse.  Marie-Nicolas Bouillet, Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, 20ème édition (1866), p. 427.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME