Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Papes & Antipapes | P | Pape Jules Ier (saint) (?, à Rome - 12 avril 352)

Pape Jules Ier (saint)

(?, à Rome - 12 avril 352)
35ème pape - Pape du 06 février 337 au 12 avril 352
Fêté le 12 avril
© France-Spiritualités™




      Saint Jules Ier, élu pape le 06 février 337, succéda à saint Marc. L'histoire ne dit rien de sa famille ; mais dans ces premiers siècles de l'Eglise, le mérite seul était un titre pour la préférence. Le pontificat de saint Jules fut occupé entièrement des suites de la persécution élevée contre saint Athanase par Arius. Cet hérésiarque était mort l'année précédente ; et l'empereur Constantin, qui avait protégé tour à tour Athanase et ses ennemis, finit également ses jours peu de mois après l'élection de saint Jules. En mourant, il avait rappelé Athanase au siège d'Alexandrie, dont cet évêque avait été déposé par le concile de Tyr ; mais les eusébiens, partisans déclarés d'Arius, avaient fait nommer au siège d'Alexandrie Grégoire, l'un de leurs amis. Ce fut dans ces circonstances (341) qu'Athanase vint à Rome pour se défendre contre les eusébiens, qui de leur côté avaient écrit contre lui. Le pape Jules le reçut avec honneur. Il envoya des légats aux eusébiens pour les inviter au concile qui devait se tenir à Rome. Leur réponse ayant tardé, le concile se tint en 342, et saint Athanase y fut pleinement justifié. Les eusébiens se plaignirent. Saint Jules leur répondit par une lettre qui, suivant Tillemont, est un des plus beaux monuments de l'antiquité : il leur reproche d'abandonner la doctrine du concile de Nicée pour embrasser des hérésies condamnées. Ce même concile de Rome avait déclaré nulle l'ordination de Grégoire, et confirmé la nomination de saint Paul au siège de Constantinople.

      Ces sujets de division entre les Orientaux et les Occidentaux firent désirer un concile qui pût réunir les deux Eglises. Il se tint en 347, à Sardique, métropole des Daces en Illyrie, du consentement des deux empereurs, et sur les instances de saint Jules et des évêques de sa communion. Les eusébiens vinrent à Sardique, mais refusèrent de paraître au concile. Saint Athanase y obtint un nouveau triomphe. Le jugement du pape, et tout ce qui avait été résolu au concile de Rome, y fut confirmé. Les eusébiens y furent condamnés et excommuniés, du moins ceux qui étaient demeurés attachés à leur parti ; car plusieurs s'en étaient déjà séparés. Saint Jules s'était excusé d'assister à ce concile de Sardique, à cause des occupations qui le retenaient à Rome. Le concile lui adressa ses résolutions, dans lesquelles il trouvait très convenable que les évêques apportassent de tous côtés leurs affaires au chef de l'Eglise, c'est-à-dire au siège de saint Pierre. Les eusébiens protestèrent de leur côté contre les actes du concile de Sardique ; ils en excommunièrent les principaux moteurs, et surtout le pape Jules, comme auteur de tout le mal. Deux ans après, saint Jules eut la consolation de voir rétablir saint Athanase sur le siège d'Alexandrie ; mais il ne fut pas témoin des nouvelles persécutions qui s'élevèrent contre son ami.

      Sa mort arriva en 352, le 12 avril, jour où l'Eglise honore sa mémoire. Il avait tenu le saint-siège pendant quinze ans deux mois et quelques jours. Nous n'avons de lui que deux Lettres, l'une, dont il a été parlé, adressée aux eusébiens, et l'autre à l'Eglise d'Alexandrie, après le retour de saint Athanase. Il eut pour successeur Libère.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 21 - Pages 302-303)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME