Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Papes & Antipapes | P | Pape Paul II (Pietro Barbo)

Pape Paul II

(Pietro Barbo)
(1417, à Venise - 26 juillet 1471, à Rome)
209ème pape - Pape du 31 août 1464 au 26 juillet 1471
© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      Pierre Barbo, pape sous le nom de Paul II, Vénitien, successeur de Pie II, fut élu le 31 août 1464, à l'âge de quarante-huit ans. Il était neveu d'Eugène IV, qui l'avait successivement fait archidiacre de Bologne, évêque de Cerrie, protonotaire apostolique, et enfin cardinal. Il y avait eu dans le conclave qui précéda son élection deux règlements pour la réforme, que Paul II avait fait serment d'exécuter, et qu'il parut négliger. Il ne songea qu'au projet formé de combattre les Turcs. Il chargea trois cardinaux de conférer avec les princes d'Italie, à l'effet d'obtenir des subsides pour cette expédition contre les infidèles. Son dessein était de les engager à une contribution proportionnelle, dont le montant aurait été confié au roi de Hongrie, comme le premier exposé au danger. Les ambassadeurs répondirent qu'ils n'avaient point d'ordre. Ferdinand, roi de Naples, promit quelques secours, si on voulait lui remettre les cens qu'il devait au saint-siège. D'autres firent des offres semblables, à des conditions plus ou moins onéreuses, et les négociations restèrent ainsi sans résultat.

      Dans la même année 1465, Paul tint deux consistoires, où l'on traita la question des expectatives et des commendes. On déclama beaucoup contre les abus ; mais ils ne furent point abolis. En 1467, Paul acheva le beau palais de St-Marc, et, se voyant libre et tranquille, fit célébrer à Rome des jeux magnifiques, contre lesquels le cardinal de Pavie se permit des remontrances assez vives, sans songer peut-être que le souverain temporel d'un grand peuple peut suivre son penchant à des actes de munificence envers ses sujets, sans blesser les devoirs imposés au caractère religieux du pontife.

      Paul II termina ensuite une affaire plus importante : ce fut la réunion de tous les princes d'Italie, à laquelle il travaillait depuis le commencement de son règne, avec un zèle qui n'avait point été rebuté par les obstacles. Ce pape reçut, vers le même temps, avec de grands honneurs, l'empereur Frédéric III, qui fit un voyage à Rome : l'empereur reçut de sa main une épée bénite, entendit la messe, où il lut l'évangile, revêtu d'une aube et d'une tunique, et communia avec une partie de l'hostie consacrée.

      Paul II mourut frappé d'apoplexie, la nuit du 25 au 26 juillet 1471, sans qu'on pût lui procurer aucun secours. La veille, il avait tenu un consistoire où il avait parlé avec beaucoup de présence d'esprit. Son pontificat dura environ sept ans. La plupart des auteurs l'ont peint comme un grand politique, magnifique dans son extérieur, et mettant dans toutes ses actions beaucoup d'éclat et de noblesse. Quelques-uns, et les protestants surtout, ont ajouté qu'il pleurait avec une extrême facilité, et qu'il avait recours aux larmes quand il manquait de bonnes raisons pour persuader. Cette faiblesse parait inconciliable avec la dignité et la fermeté de son caractère. Ce fut Paul II qui donna la pourpre aux cardinaux. C'est à lui que finit l'histoire de Platine et que commence l'ouvrage de Panvinio, son continuateur. On a conservé de ce pape quelques lettres et ordonnances. On lui attribue des règles de chancellerie. Sa Vie, par Mich. Canensio, a été publiée par le cardinal Quirini, Rome, 1740, in-4°, et l'éditeur y a joint une apologie : Vindiciæ adversus Platinam, aliosque obtrectatores. Paul II eut pour successeur Sixte IV.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 32 - Pages 280-281)



Dictionnaire universel d'histoire et de géographie de Bouillet

      Le pape Paul II, Pietro Barbo, pape de 1464 à 1471, était Vénitien et neveu d'Eugène IV. Il excommunia le roi de Bohême, George Podiebrad, qui favorisait les Hussites, et donna ses Etats à Matthias Corvin, mais il prêcha en vain la croisade contre les Turcs. Il restaura les anciens monuments de Rome.  Marie-Nicolas Bouillet, Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, 20ème édition (1866), p. 1444.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME