Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Papes & Antipapes | Pascal Ier (saint) (? - 11 mai 824, à Rome)

Pascal Ier (saint)

(? - 11 mai 824, à Rome)
98ème pape - Pape du 25 janvier 817 au 11 mai 824
Fêté le 11 février
© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      Saint Pascal Ier, élu pape le 25 janvier 817, successeur d'Etienne IV, était Romain et fils de Bonose. Son éducation religieuse, son application aux saintes Ecritures, au jeûne, à la prière ; son attachement aux moines les plus recommandables de son temps, lui avaient fait donner par Léon III la direction du monastère de St-Etienne près St-Pierre, où il faisait de grandes aumônes à tous les pèlerins qui affluaient à Rome. Aussitôt après sa consécration, il envoya en France des légats qui portèrent des présents à l'empereur Louis le Débonnaire, et protestèrent, de la part du nouveau pape, qu'il n'avait accepté le pontificat que par force et à regret. Ces députés rapportèrent, dit-on, à Rome un acte important ; ce fut la confirmation de la donation de Pépin et de Charlemagne, à laquelle Louis ajouta les îles de Corse, de Sardaigne et de Sicile. Fleury pense que ce dernier nom a été ajouté depuis, parce qu'alors la Sicile était sous la domination des Grecs ; mais il convient que l'empereur pouvait bien y posséder quelques propriétés personnelles, quoique sous une domination étrangère. Il remarque cette clause importante : « Sauf sur ces duchés notre domination en tout et leur sujétion » ; ce qui doit s'entendre, ajoute-t-il, principalement de la duché de Rome, où Louis et ses successeurs conservèrent la souveraineté, ainsi qu'il est prouvé par la suite de l'histoire. Le même écrivain relève une clause de cet acte, où il est dit « que les Romains éliront librement le pape, et qu'après sa consécration, il enverra des légats au roi des Français pour entretenir la paix ». Cette convention lui paraît suspecte, attendu que l'usage contraire d'approuver l'élection du pape avant qu'il fût sacré subsista même sous le règne de Louis. Quoi qu'il en soit, cette donation fut souscrite par l'empereur, ses trois fils, dix évêques, huit abbés, quinze comtes, et quelques officiers du palais.

      L'Orient était désolé par les fureurs des iconoclastes : quelques Grecs, chassés par la persécution, se réfugièrent à Rome. Pascal y fonda pour eux un monastère, où ils trouvèrent un asile et le libre exercice de la religion. En France, Lothaire venait d'être associé à l'empire et couronné ensuite à Rome par le pape, en 823, après la révolte et la mort de Bernard. L'autorité du nouveau souverain avait néanmoins beaucoup d'ennemis. Ils tuèrent dans le palais de Latran deux partisans de Lothaire : Théodore, primicier de l'Eglise romaine, et Léon, nomenclateur, son gendre. Le pape fut soupçonné d'avoir ordonné ou conseillé ces meurtres. L'empereur Louis voulut être exactement informé. Ses envoyés avaient déjà été prévenus en France par ceux du pape, qui venaient protester de son innocence. Les fils de l'empereur vinrent aussi à Rome, pour s'assurer de la vérité du fait, et n'y réussirent point. Le pape se purgea par serment en leur présence, devant le peuple romain, dans le palais de Latran, assisté de trente-quatre évêques, avec des prêtres et des diacres. Telle était alors la forme des jugements criminels, lorsque le combat judiciaire n'avait pas lieu ; telle fut l'origine de ces conjurateurs, dont le témoignage suffisait pour absoudre un accusé. Pascal, au surplus, refusa de livrer les véritables meurtriers, parce qu'ils étaient de la famille de St-Pierre, et sous prétexte que Théodore et Paul, assassinés, étaient coupables de lèse-majesté. L'histoire n'en fournit pas les preuves. Quoi qu'il en soit, Louis, après avoir entendu de nouveaux députés du pape, ne donna pas d'autre suite à ses recherches, suivant son inclination naturelle, qui le portait à la clémence.

      Pascal survécut peu à cet événement. Il mourut le 11 mai 824, après un pontificat de sept ans trois mois et dix-sept jours. Il avait réparé quantité d'églises et de monuments, qu'il avait ensuite magnifiquement ornés. L'Eglise romaine, qui l'a mis au nombre des saints, honore sa mémoire le 14 mai. Pascal eut pour successeur Eugène II.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 32 - Pages 191-192)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME