Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | C | Saint Colomban (v. 540, dans la province du Leinster, en Irlande - 21 novembre 615, à l'abbaye de Bohio, en Italie)

Saint Colomban

(v. 540, dans la province du Leinster, en Irlande - 21 novembre 615, à l'abbaye de Bohio, en Italie)
Fêté le 27 novembre
© France-Spiritualités™




      Saint Colomban, l'un des plus illustres cénobites du VIème siècle, était né vers 540, dans le pays des Leinster, en Irlande. Ses premières études achevées, il fit profession à l'abbaye de Benchor, dirigée par saint Commangel, et dont la réputation s'étendait dans toute l'Europe. L'extrême ignorance dans laquelle tous les peuples étaient plongés avait entraîné la ruine des mœurs. La conduite des ecclésiastiques eux-mêmes n'était pas exempte de désordres. Une réforme générale était nécessaire ; mais pour l'entreprendre, il fallait un homme qui joignît de grands talents à de grandes vertus. Colomban obtint la permission de se rendre en France, accompagné de douze religieux. Il en parcourut les différentes provinces, et l'éloquence de ses prédications, sa charité, sa douceur, eurent partout les plus heureux effets. Les écoles épiscopales, qui avaient cessé d'exister, reprirent un nouvel éclat, d'autres furent établies ; les églises furent réparées, et les cérémonies du culte observées avec la décence convenable. Saint Colomban se retira ensuite dans les motagnes des Vosges, où il construisit un monastère ; mais le nombre des personnes qui accoururent dans ce désert se ranger sous sa discipline fut bientôt si grand, qu'en 590, il se vit obligé, pour les recevoir, de donner un nouveau monastère à Luxeuil. Il en prit lui-même la direction, et l'école qu'il y établit, la plus célèbre du VIIème siècle, a été comme une pépinière de saints docteurs et d'illustres prélats. Cependant Gontran, roi de Bourgogne, protecteur de saint Colomban, était mort, et Childebert, après un règne de trois années, avait laissé la couronne à Thierry, prince faible, qui fut aisément subjugué par Brunehaut, son aïeule. Brunehaut, irritée de ce que saint Colomban avait osé reprocher à Thierry ses dérèglements, le fit enlever et conduire à Nantes pour y être embarqué sur un vaisseau qui devait le reconduire en Irlande. Le vaisseau, battu de la tempête pendant plusieurs jours, fut rejeté sur la côte, et Colomban traversa de nouveau la France secrètement, et vint s'établir près de Genève, dans un pays dépendant du royaume d'Austrasie, possédé par Théodebert, frère de Thierry. Il y vécut tranquille pendant plusieurs années ; mais la guerre qui éclata entre les deux frères en 612 le força à abandonner sa retraite, et à se réfugier en Italie, où, accueilli par Agilulphe, roi des Lombards, il fonda l'abbaye de Bohio, qui acquit dans peu de temps une grande célébrité. Il y mourut en 615, le 21 novembre, dans un âge avancé. On célèbre sa fête le 27 du même mois.
      La règle de saint Colomban fut longtemps suivie dans presque tous les monastères de France. On la trouve dans le Codex regularum de saint Benoît d'Aniane, imprimé avec des notes de dom Hugues Menard, en 1638, in-4° La collection des œuvres de saint Colomban a été publiée par Thomas Sirin, Louvain, 1667, in-fol., avec les notes de Fleming. On y trouve, outre sa règle : de Penitentiarum Mensura taxenda, imprimée dans le 12ème volume de la Bibiotheca patrum ; des instructions, au nombre de seize, dans le même recueil ; un poème latin adressé à Humalde, l'un de ses disciples, imprimé dans le 2ème volume des Œuvres diverses du père Sirmond, et quelques autres opuscules moins importants, insérés dans différents recueils. Il avait en outre composé plusieurs ouvrages qui se sont perdus, entre autres un commentaire sur les Psaumes et sur les Evangiles ; un traité contre les Ariens, et deux livres sur la Célébration de la Pâque. Il partageait l'opinion de Blaste, qui soutenait que la Pâque devait être célébrée le 14ème jour de la lune, opinion combattue par saint Irénée et condamnée par l'Eglise commune judaïque. L'abbé Velly désapprouve l'excès de sévérité que saint Colomban montra à l'égard de Thierry. Les bénédictins, auteurs de l'Histoire littéraire de la France, ont voulu le justifier (t. 13, pp. 9-17) ; mais comme ils s'appuient sur des faits qui n'ont pour garant qu'un moine nommé Jonas, auteur d'une vie de saint Colomban (1), il serait très possible que leur apologie ne parût pas convaincante (Voyez la Bibliothèque des auteurs ecclésiastiques, d'Ellies Dupin, et les Vies de Saints, de Baillet, au mois de novembre.)


__________________________________________________________________________________________________
(1)  Flodoart, chanoine de l'église de Reims au Xème siècle, a mis en vers hexamètres la vie de saint Colomban et celle de ses disciples, saint Attale et saint Bertulfe. Dom Mabillon a inséré ces trois petits poèmes dans Acta sact. ord. S. Benedicti, et dit les avoir tirés d'un manuscrit qui se trouvait dans la bibliothèque des carmes déchaussés de Paris.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 8 - Page 645)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME