Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | L | Saint Landri / Saint Landry Fêté le 03 juin

Saint Landri / Saint Landry

Fêté le 03 juin
© France-Spiritualités™




      Saint Landri, placé sur la liste des évêques de Paris le vingt-huitième, et entre Audebert et Chrodobert, florissait d'après cela vers l'an 650, sous Clovis II. Doué de toutes les vertus épiscopales, il était, selon les légendes, remarquable surtout par sa charité envers les pauvres. Elles lui attribuent divers miracles, et rapportent que, dans une année de disette, après s'être défait de tout ce qu'il possédait, il vendit encore les vases sacrés pour venir au secours des indigents. C'est une tradition généralement reçue dans le diocèse de Paris que ce fut lui qui fonda et dota l'Hôtel-Dieu de cette ville, et qu'il le plaça près de l'église et du palais épiscopal pour être plus à portée de veiller sur les soins qu'on donnait aux malades. Ce local est celui où était auparavant le palais et les jardins du maire Enghimoald. On croit aussi que c'est à l'invitation de saint Landri que Marculfe, moine de Paris, recueillit les Formules, qu'il lui dédia. On dit encore que saint Landri avec 23 autres évêques, la charte d'émancipement accordée par Clovis II à l'abbaye de St-Denis, en 653. On ignore l'époque précise de sa mort. Le dernier bréviaire de Paris la rapporte à l'an 656. Le fait de la dédicace que fit Marculfe de ses Formules à Landri ne saurait jeter aucune lumière sur cette date, puisqu'on n'est pas assuré du temps où vivait ce religieux. Launoy croit que ce n'était qu'au VIIIème siècle (Voyez Marculfe). Saint Landri fut inhumé dans l'église de St-Germain l'Auxerrois, appelée alors St-Germain le Rond. L'église de Paris célèbre sa fête le 03 juin.

      Telle est la vie de saint Landri, comme le rapportent les bollandistes et le dernier bréviaire de Paris. Mais tous les auteurs ne s'accordent pas sur ce qu'il faut admettre de ces faits. Sauval et Valois doutent qu'il y ait jamais eu un évêque de Paris du nom de Landri. L'abbé Lebeuf, au lieu d'un Landri, croit qu'il faut en admettre deux, dont l'un aurait été évêque de Paris, et l'autre chorévêque ou évêque régionnaire. Il observe que le nom de Landri ne se trouve point dans les anciens martyrologes, que le culte de ce saint n'est pas ancien, que ses légendes datent de plusieurs siècles après celui où l'on dit qu'il a existé, et qu'elles se sont insensiblement grossies, que, s'il a occupé le siège de Paris, ce n'est que pendant un très court espace de temps, qui ne suffit pas à toutes les choses qu'on lui attribue ; il ajoute enfin que le plus ancien titre où il soit question de lui ne remontait pas à plus de cinq cents ans. Voyez la dissertation de cet auteur dans le 2ème volume de celles qu'il a écrites sur l'Histoire ecclésiastique et civile de Paris, p. 33.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 23 - Pages 156-157)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME