Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | L | Saint Lucien d'Antioche (v. 235, à Samosate - 07 janvier 312, à Nicomédie)

Saint Lucien d'Antioche

(v. 235, à Samosate - 07 janvier 312, à Nicomédie)
Fêté le 07 janvier
© France-Spiritualités™




      Saint Lucien, prêtre et martyr, naquit à Samosate, dans le IIIème siècle. Après la mort de ses parents, il distribua tout son bien aux pauvres et se donna entièrement au service de Dieu. Ayant abandonné l'étude de la rhétorique et de la philosohie pour s'appliquer à la lecture des livres saints, il fit de grands progrès dans cette science. Ordonné prêtre de l'Eglise d'Antioche, il entreprit de corriger les fautes qui s'étaient glissées dans l'Ancien et dans le Nouveau Testament, soit par l'inexactitude des copistes, soit par la malice des hérétiques. Ne se contentant pas de collationner le grec des Septante sur les meilleurs exemplaires, il le revit sur le texte hébreu, qu'il entendait parfaitement. Saint Jérôme nous apprend que l'édition de saint Lucien était plus exacte et plus correcte que celles d'Hésychius et de saint Pamphile, qu'elle était exempte des falsifications reprochées à Aquila et à Théodotion, et qu'il en avait fait lui-même le plus grand usage. Les Eglises d'Antioche et de Constantinople l'adoptèrent et la conservèrent jusqu'au Vème siècle. Aujourd'hui encore, dit Kennicott (Dissert. 2, p; 397), les savants estiment un manuscrit des Septante en raison de sa conformité avec l'édition de saint Lucien. Ce savant prêtre se trouvait à Nicomédie en 303, lorsque l'empereur Dioclétien y publia ses premiers édits contre la religion chrétienne. Il fut du nombre de ceux qu'on arrêta pour la foi ; du fond de sa prison, il écrivit aux fidèles de l'Eglise d'Antioche une lettre dont la Chronique d'Antioche nous a conservé un fragment. Neuf ans après, il parut devant le tribunal et saisit cette occasion pour présenter au juge une savante apologie de la religion qu'il professait avaec tant de courage. Le père Colonia, jésuite, Lardner et Bullet ont tiré un heureux parti d'un fragment de cette apologie, rapporté par Eusèbe. « Si vous refusez, disait Lucien, de vous en rapporter à mon témoignage sur la divinité de Jésus-Christ, vous n'avez qu'à consulter vos annales et qu'à creuser dans vos fastes et dans vos archives : vous y trouverez que du temps de Pilate, pendant que le Christ était mis à mort, le soleil disparut et l'univers fut enseveli dans les ténèbres en plein midi. » Après cette confession, le juge renvoya Lucien en prison, avec défense de lui donner aucun aliment : lorsqu'on l'eut fait jeûner longtemps, on lui servit des mets délicats qui avaient été offerts aux idoles ; mais il les refusa constamment, fondé sur cette maxime, qu'on ne peut manger des viandes offertes aux idoles s'il doit en résulter du scandale pour les faibles et si les païens l'exigent comme un acte d'idolâtrie. Il parut de nouveau devant le tribunal sans rien perdre de sa constance, même à la vue des tourments qu'on lui préparait. Je suis chrétien, était la seule parole qu'il fût possible de lui arracher et la seule arme qui lui assurait la victoire sur ses persécuteurs. Il reçut la couronne du martyre le 07 janvier 312. Les anciens sont assez d'accord sur ce point ; mais il ne le sont pas sur le genre de mort qui termina ses souffrances.

      On a soupçonné saint Lucien d'être favorable aux erreurs de Paul de Samosate ; mais ou l'on a été trompé par le témoignage que saint Alexandre, patriarche d'Alexandrie, a rendu d'un Lucien qui ne doit pas être confondu avec celui-ci, ou bien saint Lucien n'est pas demeuré longtemps dans son égarement, puisque sa profession de foi, écrite de sa propre main, a été jugée très orthodoxe par le concile d'Antioche en 341 ; qu'elle est opposée aux ariens par saint Athanase, par saint Jérôme et par saint Hilaire, et que l'Eglise catholique lui a décerné le culte qu'elle rend aux martyrs. (Voyez saint Chrysostome, Tract. panegyr. in sanctum martyrem lucianum ; Tillemont, t. 5, p. 474, et Godescard.)  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 25 - Page 429)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2021  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME