Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | M | Saint Martin de Braga (Début du VIème siècle, en Pannonie - 20 mars 580 ?, à Braga, au Portugal)

Saint Martin de Braga

(Début du VIème siècle, en Pannonie - 20 mars 580 ?, à Braga, au Portugal)
Fêté le 20 mars
© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      Saint Martin, abbé de Dume et archevêque de Brague, d'où lui sont venues les dénominations de Dumensis et Bracarensis, était originaire de Pannonie ou de Hongrie, et naquit au commencement du VIème siècle. Sa piété lui fit entreprendre, très jeune encore, un pèlerinage aux lieux saints ; et le même motif le conduisit de la Palestine jusque dans la Galice, où les Suèves, nourris dans les erreurs de l'arianisme, avaient étendu leur domination. Martin réussit à ramener à la foi catholique leur roi Théodomire, et cet exemple entraîna rapidement la conversion de toute la nation. Le succès qu'il obtint, la vénération dont il se voyait l'objet, le déterminerent à se fixer dans le pays ; il y fonda plusieurs monastères, entre autres celui de Dume, dans le voisinage de Brague. Elevé à l'évêché de cette dernière ville, il présida le deuxième concile qui y fut convoqué en 572, jouit d'une constante faveur à la cour des souverains de la Galice, et s'occupa de la composition de différents ouvrages. Baronius fixe sa mort à l'année 573, mais une opinion plus généralement adoptée reporte cette date à l'an 580, le 20 mars, jour où l'Eglise célèbre sa fête.

      Indépendamment d'un volume d'Epîtres latines, dont parle Isidore de Séville, Martin écrivit : Formula honestæ vitæ, sive de differentiis, quatuor virtutum cardinalium, Bâle, 1543, in-8° ; publié par les soins de Gilb. Cousin. Ce traité, entrepris à la prière de Myron, roi de Galice, qu'ailleurs on appelle Ariamire, a été reproduit en 1575 dans la Bibliothèque des Pères, et se retrouve dans les éditions suivantes de cette vaste collection, où il est suivi d'un opuscule sur les Mœurs, sorti de la même main, faussement attribué à Sénèque dans le XVème siècle, et imprimé comme tel à Leipsick, d'abord en 1499, puis en 1502, in-4°. Leger Duchène le reproduisit à Lyon, 1556, in-4°, avec un autre traité, De paupertate, du même auteur, attribué pareillement à Sénèque (Voyez Freytag, Adparat. litt., p. 1360). Collectio canonum orientalium ex græcis synodis. Ce fut à la prière de Ninigesius, évêque de Lugo, que Martin traduisit en latin ces canons des premiers conciles, dont on n'avait alors dans l'Occident qu'une version fautive et presque barbare ; la sienne comprend quatre-vingt-quatre canons, divisés en deux parties, l'une concernant les devoirs des clercs, l'autre ceux des laïques. Cette compilation a été insérée dans l'Appendice de la Bibliothèque canonique de Justel, 1661. Les Sentences des SS. Pères de l'Egypte, traduites du grec en latin, et comprises dans l'Appendice à la vie des Pères, par Rosweide, Anvers, 1615, 1628. On trouvera de plus amples détails dans Dupin, Bibliothèque des auteurs ecclésiastiques ; dans Mabillon (Sæc. I. Bened.) ; dans dom Ceillier, et surtout dans la Notitia Concil., Hispaniæ du cardinal d'Aguirre, p. 92.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 27 - Pages 116-117)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2021  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME