Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | M | Saint Maurice Duault (1127 - 05 octobre 1191, à l'abbaye Notre-Dame de Carnoet)

Saint Maurice Duault

(1127 - 05 octobre 1191, à l'abbaye Notre-Dame de Carnoet)
Fêté le 05 octobre
© France-Spiritualités™




      Saint Maurice, dont le nom de famille était Duault, naquit dans la paroisse de Loudéac, diocèse de St-Brieuc, en 1115, suivant le père Albert le Grand, et plus vraisemblablement en 1127, comme nous l'apprend dom Lobineau. Il étudia les belles-lettres à l'université de Paris, où il reçut le titre de maître ès-arts. Préférant l'humilité à l'élévation et aux avantages temporels qu'aurait pu lui procurer son mérite, il se déroba au monde et vint, en 1140, prendre l'habit de l'ordre de Cîteaux, à l'abbaye de Langonet, en Cornouailles, fondée en 1136 par Conan III, duc de Bretagne. Il n'y avait pas encore trois ans qu'il pratiquait les lois de son institut, quand la communauté de Langonet le choisit pour abbé. Il gouverna cette abbaye pendant trente ans, au bout desquels il obtint qu'on lui nommât un successeur. Le duc Conan IV, attiré par sa réputation, allait souvent le voir, écoutant ses saintes instructions, et suivant bien souvent ses conseils. Ce fut par considération pour lui, et d'après son avis, qu'il fonda une nouvelle abbaye de l'ordre de Cîteaux, au même diocèse de Cornouailles, dans la forêt de Carnoet. Maurice y mena douze religieux de Langonet, et devint leur abbé. Le duc étant mort avant d'avoir pu mettre la dernière main à son œuvre, Maurice, aidé de la princesse Constance, fille de Conan, le suppléa.

      Il mourut le 05 octobre 1191, après avoir gouverné quinze ans sa nouvelle abbaye, qui a toujours été appelée du nom de St-Maurice, avant comme après la bulle d'Honorius III, qui lui donna, en 1225, celui de Notre-Dame de Carnoet. La Vie de saint Maurice, écrite d'abord par Albert le Grand, d'après une histoire manuscrite de la maison de Rohan par MM. de la Coudraye père et fils, l'a été ensuite d'une manière plus exacte par dom Lobineau. Ces deux écrivains s'étaient servis aussi des actes manuscrits du saint, rédigés par Guillaume, abbé de Carnoet, qui vivait en 1323. Les Bollandistes, qui font une mention assez incomplète de Maurice, tome 6 d'octobre, expriment le regret d'avoir perdu une vie manuscrite de ce saint, dont ils avaient été possesseurs. Manrique (Annales de Cîteaux), Benoît de XIV (De beatificatione servorum Dei), et le Propre de St-Brieuc de 1783, fournissent des détails sur ce saint.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 27 - Pages 341-342)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2021  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME