Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | M | Sainte Mélanie la Jeune (383, à Rome - 31 décembre 439, à Jérusalem, dans un couvent sur le Mont des Oliviers)

Sainte Mélanie la Jeune

(383, à Rome - 31 décembre 439, à Jérusalem, dans un couvent sur le Mont des Oliviers)
Fêtée le 31 décembre
© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      Sainte Mélanie la Jeune fut mariée à l'âge de treize ans à Pinien, fils de Sévère, préfet de Rome. Ayant eu le malheur de perdre tous ses enfants au berceau, elle résolut de se consacrer au service des autels, et fit partager sa résolution à son mari. Elle fut affermie dans ce pieux dessein par son aïeule, qui entreprit un voyage long et périlleux uniquement dans ce but. La mort de son père Publicola ayant laissé Mélanie maîtresse de ses biens, elle les vendit, en distribua le prix aux pauvres et passa avec son mari en Afrique.

      Après avoir fait quelque séjour à Carthage et à Hippone, dont saint Augustin occupait alors le siège épiscopal avec tant d'éclat, ils s'établirent à Tagaste, où ils passèrent sept ans, s'imposant toutes sortes de privations. Les deux époux se rendirent en 417 à Jérusalem ; et Pinien étant mort en 435, Mélanie entra dans un monastère qu'elle avait fait bâtir sur la montagne des Oliviers, et dont elle fut obligée de prendre la direction. Elle entreprit le voyage de Constantinople pour travailler à la conversion de Volusien. son oncle, qu'elle eut la joie de déterminer à recevoir le baptême.

      Sainte Mélanie mourut dans la 57ème année de son âge, en 439, le 31 décembre, jour où l'Eglise célèbre sa fête. Les Actes de sainte Mélanie la Jeune ont été publiés en grec par Métaphraste, et traduits en latin par Lippomani. Sa Vie a été publiée par Baillet, Godescard et les autres hagiographes. Macé, curé de Ste-Opportune, en a donné une histoire édifiante sous le titre de Mélanie, ou la Veuve charitable, Paris, 1729, in-12.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 27 - Page 550)



Dictionnaire M. Bescherelle

Sainte Mélanie la Jeune, petite-fille de Mélanie l'Ancienne, embrassa la vie monastique, à Jérusalem, avec Pinien, son mari, en 417, et mourut en 439, dans un couvent qu'elle avait fait élever sur le mont des Oliviers, en 435.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 478.



Dictionnaire universel d'histoire et de géographie de Bouillet

      Sainte Mélanie, fille de sainte Albine, femme aussi illustre par sa piété que par sa naissance, avait été mariée dès l'âge de 13 ans, à Pinien, fils de Sévère, préfet de Rome, et était parente de saint Paulin. Ayant perdu de bonne heure ses enfants, elle se retira d'abord à Hippone, près de saint Augustin, puis à Jérusalem ; elle y embrassa la vie monastique et fit élever sur le mont des Oliviers un couvent où elle mourut en 439. On la fête le 31 décembre.  Marie-Nicolas Bouillet, Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, 20ème édition (1866), p. 1226.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2022  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME