Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | O | Saint Ouen / Audoenus / Dodon / Dadon (v. 609, à Saucy, près de Soissons - 24 août 683, à Clichy)

Saint Ouen / Audoenus / Dodon / Dadon

(v. 609, à Saucy, près de Soissons - 24 août 683, à Clichy)
Fêté le 24 août
© France-Spiritualités™




      Saint Ouen, en latin Audoenus, évêque de Rouen, connu aussi sous le nom de Dodon, était né vers 609 à Sauci, près de Soissons, d'une des plus illustres familles du royaume. Elevé au monastère de St-Médard, il fut admis fort jeune à la cour de Clotaire II. Dagobert, fils et successeur de ce prince, le nomma son référendaire, et lui confia la garde de son sceau. Sa douceur, sa piété et ses lumières lui concilièrent l'affection des peuples et justifièrent le choix du monarque.

      Il fut élu évêque de Rouen en 639, la même année où saint Eloi, son ami et son guide dans la vie spirituelle, fut élevé sur le siège de Noyon. Il se rendit aussitôt à Mâcon, où il entra dans un monastère pour se préparer par la prière et le jeûne à recevoir les ordres sacrés, et l'année suivante il prit possession de son diocèse, qu'il administra avec autant de zèle que de sagesse. Il assista en 644 au concile de Châlons, dont il souscrivit les actes le troisième ; et l'on dit qu'il en assembla un lui-même dans sa ville épiscopale pour la réforme de divers abus. Il fut désigné en 651, avec saint Eloi, pour aller à Constantinople travailler à éteindre les disputes du monothélisme ; mais des circonstances que l'histoire n'apprend point s'opposèrent à ce voyage des deux prélats.

      Saint Ouen revenait de Cologne, où il avait été envoyé pour rétablir la paix entre les Neustriens et les Austrasiens ; il s'arrêta à Clichy pour rendre compte de sa mission, et il y mourut en 683, le 24 août, jour où l'Eglise honore sa mémoire. Son corps, transporté à Rouen, fut inhumé dans l'église St-Pierre hors des murs, qui prit le nom de St-Ouen et devint une abbaye célèbre.

      On a de ce prélat : la Vie de saint Eloi, publiée par Surius (Vitæ sanctor. 1 decemb.), mais sans la préface que le Père Labbe a recueillie dans le tome 2 de la Biblioth. manuscriptor. D'Achery en a donné une édition plus complète dans le tome 5 du Spicilège ; dom Rivet prétend qu'il s'y est glissé diverses additions étrangères. Cette Vie, dont Duchesne a inséré le premier livre dans ses Scriptorum Normannorum, parce qu'il contient des détails intéressants pour l'histoire, a été traduite en français par Louis de Montigny, archidiacre de Noyon, Paris, 1626, et par un anonyme (Levesque, prêtre de la chapelle des Orfèvres), ibid., 1693, in-8°. On peut consulter, outre les différents hagiographes, le Gall christ., l'Histoire littéraire de France, t. 3, pp. 623-628, et l'Histoire de l'abbaye de St-Ouen, par Pommerey, Rouen, 1662, in-fol.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 39 - Page 413)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME