Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | S | Pape Sylvestre Ier (saint) (? - 31 décembre 335)

Pape Sylvestre Ier (saint)

(? - 31 décembre 335)
33ème pape - Pape du 21 janvier 314 au 31 décembre 335
Fêté le 31 décembre
© France-Spiritualités™




      Saint Sylvestre, élu pape le 21 janvier 314, était Romain de naissance et succéda à saint Miltiade. Il avait été ordonné prêtre par le pape saint Marcellin. C'est tout ce que l'on sait de sa famille et de sa vie avant son élévation.

      Le pontificat de saint Sylvestre eût pu être heureux et tranquille, grâce à la protection de Constantin, mais les donatistes troublèrent de nouveau la paix de l'Eglise. Mécontents de la décision du concile de Rome, que saint Militiade avait présidé, ils en firent convoquer un autre dans Arles, où ils réitérèrent leurs accusations contre Cécilien. Saint Sylvestre fut représenté dans ce concile par ses légats. Cécilien fut de nouveau justifié ; mais les persécutions des donatistes devaient encore se prolonger longtemps, ainsi qu'on peut le voir dans les articles Cécilien, Constantin, Donat, saint Augustin, etc.

      Ce fut aussi sous le pontificat de saint Sylvestre qu'éclata l'hérésie d'Arius et que Constantin convoqua, en 325, à Nicée, le premier concile œcuménique (voyez Constantin le Grand, Arius, saint Athanase), où l'on fixa d'une manière irrévocable le dogme de la consubstantialité du Verbe ; et cette décision solennelle est devenue le symbole ou profession de foi qui se répéte chaque jour dans le saint sacrifice. On y établit aussi l'uniformité de la célébration de la pâque pour toutes les églises de l'Orient et de l'Occident, qui fut indiquée pour le dimanche après le quatorzième jour de la lune de mars. Le pape envoya des légats à ce concile, ne pouvant y assister, à cause de son grand âge.

      Il fut également témoin de la translation du siège de l'empire à Byzance (en 328) ; et ce mémorable événement, qui étendit d'une manière si glorieuse l'empire de la vraie religion, fut également l'œuvre du grand Constantin, qui donna son nom à la nouvelle capitale du monde chrétien. Quelques années auparavant (en 321), pendant un séjour de trois mois que ce même empereur fit à Rome, il avait témoigné une estime et une affection particulière à saint Sylvestre, en ornant magnifiquement une église que le pontife avait fait construire dans la maison de l'un de ses prêtres ; mais on ne voit rien, dans l'histoire contemporaine, de cette donation de Constantin, que l'on prétendit depuis avoir été faite à saint Sylvestre, et qui devait contenir une concession formelle de la dignité et de la puissance temporelle. Cet acte semble avoir été ignoré jusqu'au VIIIème siècle, où il paraît que ce fut le pape Adrien Ier (en 775) qui en parla le premier. On y a cru cependant, et non seulement les papes, mais les Empereurs eux-mêmes (voyez la lettre de l'empereur Frédéric à Adrien IV, en 1159), ainsi que d'autres personnages d'une science éminente, tels que le saint abbé de Clairvaux, la citaient comme authentique. On commença seulement au XIIème siècle à élever des doutes sur ce point (voyez la Chronique de Godefroi de Viterbe et l'Histoire ecclésiastique de Fleury, tome 15, page 478). Dans le XVème et le XVIème siècle, elle fut examinée avec encore plus d'attention ; et l'on en a, dit Fleury, reconnu entièrement la fausseté. Un des arguments les plus forts avec lesquels on l'a combattue, c'est qu'il y est dit que Constantin fut baptisé par le pape Sylvestre, étant à Rome, tandis qu'il est avéré par l'histoire que ce prince ne le fut qu'au moment de mourir, par Eusèbe, évêque de Nicomédie, ville aux environs de laquelle il se préparait à la guerre contre les Perses (voyez Constantin). On peut voir, dans Fabricius (Bibliographie grecque, tome 6, page 4), le texte de cette donation imaginaire et l'indication des auteurs qui ont écrit pour ou contre son authenticité. Un des plus anciens qui en aient parlé est Enée de Paris, qui vivait en 854. On peut consulter encore J. Vogt, Historia litteraria Constantini Magni, pp. 44-52, et parmi les écrivains plus modernes, le célèbre Muratori. Les actions particulières de saint Sylvestre sont restées ignorées.

      Il mourut en l'an 335, le 31 décembre, jour auquel on honore sa mémoire. Il avait tenu le saint-siège pendant vingt-et-un ans et onze mois. Ce fut saint Marc qui lui succéda.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 40 - Page 521)


Un lien vers cette page se trouve dans la page suivante :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME