Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | S | Saint Adalbert, évêque de Prague (939, en Bohême - 997)

Saint Adalbert, évêque de Prague

(939, en Bohême - 997)
Martyre - Fêté le 29 avril
© France-Spiritualités™




      Saint Adalbert, évêque de Prague, né en 939, d'une famille noble de Bohême, étudia à Magdebourg, auprès de l'archevêque Adalbert, dont il prit le nom. De retour à Prague, et sacré évêque, il fit d'inutiles efforts pour corriger les mœurs du clergé de Bohême, qui le persécuta et le força à s'enfuir à Rome, où le pape Jean XV le dégagea de ses obligations envers son diocèse. Il entra alors dans un couvent, où, par humilité, il faisait le service de la cuisine. Les Bohémiens le redemandèrent, et le peuple de Prague le reçut avec des transports de joie ; mais la corruption, toujours croissante, de son troupeau, l'en chassa encore : sa pieuse austérité s'accordait mal avec les vices des Bohémiens. Il se retira de nouveau à Rome ; l'archevêque de Mayence se plaignit au pape de ce qu'Adalbert abandonnait son église. La Hongrie venait de se convertir au christianisme ; l'évêque de Prague se rendit auprès du prince Geysa, et prêcha l'Evangile aux Hongrois, à l'aide d'un interprète. Il exerça le même ministère en Pologne, d'abord à Cracovie, et ensuite à Gnesen, ou il fut archevêque. Mais son zèle, et peut-être l'inquiétude naturelle de son caractère, avaient besoin d'une tâche plus pénible et plus dangereuse : la Prusse était encore idolâtre ; la foi chrétienne n'avait jamais été prêchée à ses habitants ; il s'y rendit avec une faible escorte, et obtint d'abord les plus grands succès à Dantzig, alors Gédanie ; entrainé par son zèle, il aborda dans une petite île dont les sauvages habitants le reçurent fort mal. Le ton impérieux avec lequel il leur ordonna de quitter leurs dieux excita leur indignation ; ils le saisirent et l'enchaînèrent ; ses compagnons tremblaient : « Ne vous affligez pas, leur dit-il, qu'y a-t-il de plus glorieux que de mourir pour le Christ ? » Les barbares, offensés, le percèrent de coups de lance, à l'instigation de Sego, prêtre païen ; et il obtint ainsi les honneurs du martyre. Cet événement arriva en 997. Sa fête est célébrée le 29 avril. On l'appela l'Apôtre de la Prusse. Le prince de Pologne Boleslas racheta son corps pour une quantité d'or d'un poids égal. Il passe pour l'auteur du chant guerrier Boga-Rodzica, que les Polonais ont coutume d'entonner avant une bataille.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 1 - Page 139)


Un lien vers cette page se trouve dans la page suivante :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2021  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME