Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | S | Saint Eloi (v. 588, à Cadillac, près de Limoges - 1er décembre 659)

Saint Eloi

(v. 588, à Cadillac, près de Limoges - 1er décembre 659)
Evêque de Noyon de 640 à 659 - Patron des orfèvres et des forgerons - Fêté le 1er décembre
© France-Spiritualités™




      Saint Eloi, évêque de Noyon, naquit à Cadillac, à deux lieues de Limoges, vers l'année 588. Ayant manifesté, dès sa jeunesse, un penchant décidé pour les arts du dessin, son père le plaça chez le préfet de la monnaie de Limoges, où en peu de temps il fit de très grands progrès dans l'orfèvrerie. Etant entré ensuite chez Bobbon, trésorier du roi Clotaire II, ce prince qui avait été à portée de l'apprécier le nomma son monétaire, et Dagobert, son successeur, le fit son trésorier. Ces deux souverains lui fournirent les moyens de développer ses talents en lui confiant l'exécution de très riches et de très importants ouvrages. Il fut chargé, entre autres projets, de la composition des bas-reliefs qui ornaient le tombeau de saint Germain, évêque de Paris, mort en 576. Il exécuta, pour le roi Clotaire, deux sièges d'or enrichis de pierreries, qui passèrent alors pour des chefs-d'œuvre, ce qui prouve qu'à cette époque le luxe avait déjà fait de grands progrès en France. Dégoûté de la vie mondaine, Eloi, de tout temps très pieux, voulut se retirer du monde, et alla s'ensevelir dans un monastère, d'où cependant il fut tiré, en l'année 640, pour être placé sur le siège de Noyon.

      Malgré son exactitude à remplir tous les devoirs de l'épiscopat, il trouva encore le temps de se livrer à ses occupations ordinaires, et il exécuta à cette époque un grand nombre de châsses destinées à renfermer les reliques des saints. Plusieurs de ses ouvrages existaient encore avant la révolution. Ce pieux évêque cessa de vivre le 1er décembre 659. Il prêchait avec beaucoup d'onction, et parut avec éclat dans le concile de Châlons en 644. Il fit plusieurs excursions évangéliques, pour aller prêcher la foi aux idolâtres, notamment dans le Brabant. Saint Ouen, contemporain et ami de saint Eloi, a écrit sa vie. L'abbé la Roque en a donné une traduction, en 1693, qu'il a enrichie de 16 homélies qui portent le nom de ce saint évêque, et dont plusieurs, sans contredit, sont sorties de sa plume. Récemment, M. Parenty en a donné une nouvelle traduction annotée. Plancy, 1852, in-12 ; Tournay, 1853, in-12.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 12 - Pages 414-415)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME