Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | S | Saint Jacques le Majeur (? - 44)

Saint Jacques le Majeur

(? - 44)
Premier apôtre martyr - Fêté le 25 juillet - Patron de l'Espagne
© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      Saint Jacques, dit le Majeur, l'un des douze premiers apôtres, naquit dans le bourg de Bethsaïde, en Galilée. Son père était un pêcheur nommé Zébédée, et sa mère, Salomé, l'une des saintes femmes qui ensevelirent le corps du Sauveur. L'Evangile nous apprend que Jésus, passant le long de la mer, vit Jacques et Jean, son frère, assis près de leur père dans une barque, occupés à raccommoder des filets, et que les ayant invités à le suivre, ils obéirent à l'instant même. Saint Jacques fut témoin, avec son frère et saint Pierre, de la transfiguration de Jésus sur le mont Thabor, et reçut d'autres preuves encore de l'affection particulière de son divin maître. Peu de jours avant l'entrée de Jésus à Jérusalem, Salomé s'approcha de lui, et, l'ayant adoré, le pria d'ordonner que ses feux fils fussent assis dans son royaume, l'un à sa droite et l'autre à sa gauche. Cette demande excita l'indignation des disciples ; mais Jésus les apaisa en disant : « Que celui qui voudra être le premier d'entre vous soit le serviteur des autres ». Saint Jacques accompagna Jésus dans le jardin des Oliviers ; mais, l'ayant vu saisir par les hommes armés que conduisait Judas, il s'éloigna promptement, et sortit de Jérusalem, ne s'y croyant pas en sûreté. Après la résurrection du Sauveur, il revint dans cete ville, et, ayant reçu le Saint-Esprit, commença à prêcher l'Evangile avec tant de zèle, que les principaux des Juifs demandèrent sa mort. Hérode Agrippa, qui cherchait tous les moyens de gagner l'affection du peuple, cita le saint apôtre à son tribunal, et le condamna à périr par le glaive, en l'an 44. Celui qui l'avait accusé, ayant vu comment il avait rendu témoignage à Jésus-Christ, en fut touché et confessa qu'il était aussi chrétien. On les mena tous deux au supplice ; chemin faisant, l'accusateur pria saint Jacques de lui pardonner. L'apôtre, après y avoir un peu pensé, lui dit : La paix soit avec vous ! et le baisa. Ainsi ils eurent tous deux la tête coupée (Fleury, Histoire ecclésiastique, livre 1, paragraphe 24). Ce fut le premier des apôtres qui eut le bonheur de verser son sang pour la foi. La mémoire de cet illustre martyr est honorée le 25 juillet.

      On montre encore à Jérusalem le lieu de son supplice, sur lequel a été bâti un couvent d'Arméniens, dont l'église est fort riche et fort élégante (Itinéraire, de M. Chateaubriand, t. 2, p. 247). Cependant, les Espagnols regardent saint Jacques comme leur apôtre, et ils se flattent, d'après une ancienne tradition, de conserver son corps dans la cathédrale de Compostelle ; c'est, comme on sait, l'un des plus fameux pèlerinages de l'Europe. Bivar, dans ses notes sur la fausse Chronique de Fl. Dexter, rapporte qu'en 1595 on trouva sur une montagne de Grenade un Evangile et quelques autres livres écrits de la main de saint Jacques sur des plaques de plomb. Ces ouvrages apocryphes ont été condamnés par le pape Innocent XI, en 1682 ; mais c'est en vain que les plus savants critiques, s'appuyant du texte précis des Actes des apôtres, ont cherché à démontrer qu'il était impossible que saint Jacques eût prêché l'Evangile en Espagne ; les Espagnols ont continué d'appuyer cette prétention par des ouvrages dont la liste remplirait plusieurs colonnes (Voyez les titres principaux dans la Méthode pour étudier l'histoire, par Lenglet-Dufresnoy, article Histoire ecclésiastique d'Espagne). Le père Cuper a réuni dans les Acta sanctorum (6ème volume de juillet) toutes les raisons favorables au système des Espagnols, pour lequel il penche évidemment par respect pour l'antiquité de la tradition.

      L'ordre militaire de Saint-Jacques fut institué en 1170, sous le règne de Ferdinand II, roi de Léon et de Castille, pour protéger les pèlerins qui accouraient en foule visiter les reliques du saint apôtre. Fr. Caro de Toris a écrit l'Histoire de cet ordre célèbre (en espagnol), Madrid, 1629, in-fol.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 20 - Pages 486-487)


Un lien vers cette page se trouve dans la page suivante :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME