Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | S | Saint Jude Thaddée (? - ?)

Saint Jude Thaddée

(? - ?)
Fêté le 28 octobre
© France-Spiritualités™




Saint Jude      Saint Jude, apôtre, nommé aussi Lebbée, Thaddée ou le zélé, frère de saint Jacques le mineur, de saint Siméon, dont parle saint Matthieu, était comme eux fils de Cléophas et de Marie, soeur de la sainte Vierge. On ne sait ni quand, ni comment il fut appelé à la suite de Jésus-Christ, dont il fut tendrement aimé, bien moins à cause des liens du sang que pour l'ardeur de son zèle et la pureté de sa foi. On croit qu'il s'occupait des travaux de la campagne avant sa vocation. Dans la dernière cène, Jésus-Christ venait de dire : « Celui qui m'aime sera aimé de mon père ; je l'aimerai aussi, et je me découvrirai moi-même à lui. » Saint Jude en prit occasion de lui adresser cette question : « Seigneur, d'où vient que vous vous découvrirez vous-même à nous, et non pas au monde ? » Jésus lui répondit : « Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole ; mon père l'aimera, et nous viendrons en lui, et nous ferons en lui notre demeure. Celui qui ne m'aime point ne garde point mes paroles. » C'était lui dire clairement qu'il se manifestait à ses disciples à cause de la simplicité de leur c؞ur.

      Après la descente du Saint-Esprit, l'apôtre prêcha l'Evangile dans la Judée, la Samarie, l'Idumée, la Syrie et la Mésopotamie, selon Nicéphore, saint Isidore et les martyrologes. Saint Paulin ajoute la Libye à ce dénombrement. Le saint apôtre étant retourné à Jérusalem, en 62, après la mort de saint Jacques le Mineur, fut présent à l'élection de saint Siméon, pour gouverner l'église de cette ville. De là il passa en Perse, selon Fortunat, et y reçut la couronne du martyre. Mais le ménologe de l'empereur Basile et quelques auteurs grecs mettent sa mort à Ararat, dans l'Arménie, qui dépendait alors de l'empire des Parthes, et qui était regardée conséquemment comme faisant partie de la Perse. Il est certain que les Arméniens l'adorent comme leur apôtre. Quelques Grecs disent qu'il fut percé de flèches ; d'autres ajoutent qu'on l'avait auparavant attaché à une croix.

      Nous avons de lui une Epître, qui est la dernière des sept épîtres catholiques : elle n'a qu'un chapitre en 25 versets. Mais Origène avait raison de dire que, si elle ne contient que très peu de paroles, elles sont pleines de la force et de la grâce du ciel. Le saint apôtre l'écrivit, suivant l'opinion commune, après la prise de Jérusalem, principalement pour les Juifs convertis au christianisme, quoiqu'elle soit adressée à toutes les églises d'Orient. Il les prémunit contre les erreurs des simoniens, des nicolaïtes, des gnostiques et des autres hérétiques de ce temps-là, qu'il dépeint sous les couleurs les plus fortes, et par les similitudes les plus énergiques. Eusèbe et saint Jérôme nous apprennent que l'Epître de saint Jude ne fut pas d'abord généralement reçue au nombre des écritures canoniques, parce que, dit ce dernier le livre apocryphe d'Enoch y était cité. Cela n'a pas empêché néanmoins qu'elle n'ait été mise dans le canon. Son antiquité et l'usage lui ont donné l'autorité sacrée qu'elle n'avait pas auprès de quelques-uns. L'Orient et l'Occident l'ont reçue : les Eglises protestantes mêmes ne l'ont point rejetée, quoique Luther, Chemnitius, les centuriateurs de Magdebourg et Grotius aient tâché d'en ébranler l'authenticité. Edouard Pococke a donné de cette Epître une fort bonne édition, en syriaque, en grec et en latin, imprimée à Leyde, 1630, in-4°, avec des notes.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 21 - Pages 291-292)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME