Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | S | Saint Sigismond, roi de Bourgogne (? - 524)

Saint Sigismond, roi de Bourgogne

(? - 524)
Martyr - Fêté le 1er mai
© France-Spiritualités™




      Saint Sigismond, roi de Bourgogne, succéda, en l'an 516, à son père Gondebaud, qui l'avait associé au trône depuis trois ou quatre ans, selon quelques auteurs. Elevé dans l'hérésie des ariens, que professait son père, il eut le bonheur d'être ramené à la foi catholique par saint Avit, archevêque de Vienne ; et ce fut sous la direction de ce prélat et de saint Maxime, évêque de Genève, qu'il commença, en 515, la fondation du célèbre monastère d'Agaune (Saint-Maurice-en-Valais), où il n'y avait avant lui que des ermites logés dans des cellules isolées. Il augmenta ce monastère au point de contenir jusqu'à 500 religieux.
      Le premier soin de Sigismond, dès qu'il fut le seul maître de la Bourgogne, fut d'y rétablir l'exercice de la religion catholique : il convoqua, en 517, à Epaone (1) un concile provincial, qui donna une règle aux moines d'Agaune, et fit solennellement la dédicace de ce monastère (voyez Maurice). Il s'occupa, l'année suivante, d'une nouvelle promulgation de la loi Gombette, corrigée et augmentée, et continua de se livrer aux soins du gouvernement ; il avait été, comme son père, nommé patrice de l'empire d'Occident ; et l'on voit par ses lettres à l'empereur Anastase (2) qu'il attachait beaucoup de prix à cette faveur.
      Le reste de son règne n'offre plus qu'un tissu de crimes et d'infortunes. Après la mort de sa première femme Amalberge (3), il choisit une épouse de basse condition, nommée Constance ou Procopia, qui, pour assurer le trône à ses enfants, résolut de faire périr Sigeric, que Sigismond avait eu d'Amalberge, et accusa ce jeune prince d'une conspiration contre la vie de son père. Elle sut colorer cette calomnie d'apparences trompeuses et de faux témoignages si pressants, que le roi, effrayé du danger dont il se croyait menacé, condamna son fils à mort et le fit étrangler en 522. Ce malheureux père ne tarda pas à être désabusé sur l'innocence de Sigeric : déchiré de remords, il se retira dans l'abbaye d'Agaune, et s'y livra, pour expier son crime, aux exercices de la pénitence la plus austère. Cependant se sujets, indignés de la mort violente du jeune Sigeric, objet de leur affection, et ne voulant plus être gouvernés par un roi revêtu de l'habit de pénitent et incapable de commander les armées dans la guerre dont les menaçaient les enfants de Clovis, pour venger la mort de leur aïeul Chilpéric (voyez Clotilde), se révoltèrent ouvertement et se donnèrent à Clodomir, roi d'Orléans. Sigismond, sorti de sa retraite, se mit à la tête du petit nombre de ceux qui lui étaient restés fidèles, fut défait et se sauva, en habit de moine, dans son monastère, dont les passages, taillés dans le roc, auraient été difficiles à forcer. On l'en tira par ruse, en l'invitant à venir se mettre à la tête d'un parti que l'on disait formé en sa faveur ; et pour empêcher les religieux d'Agaune de marcher au secours de leur fondateur, on mit en même temps le feu à l'abbaye. Sigismond, livré aux Français, fut mené à Rosières, dans l'Orléanais, avec sa femme et ses deux fils. Clodomir lui fit trancher la tête quelque temps après (en 524), lorsqu'il sut que Gondemar, second fils de Gondebaud, s'était fait reconnaître roi de Bourgogne. Le corps de Sigismond et ceux de sa famille furent jetés dans un puits au village de Saint-Péravi-la-Colombe, d'où on les porta, quelques années plus tard, au monastère d'Agaune. L'empereur Charles IV les fit ensuite transférer à Prague.
      Plusieurs miracles rendirent célèbres les reliques de saint Sigismond, honoré comme martyr (4), et dont la fête est au 1er mai. Sa vie, par Grégoire de Tours, est insérée dans le recueil des Bollandistes. Il laissa une fille, nommée Suavegote, qui avait épousé Thierri, roi de Metz, en 522.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 39 - Page 323)


__________________________________________________________________________________________________
 (1)  Au lieu nommé depuis Eviona, près de Saint-Maurice-en-Valais. Voyez de Rivaz, Eclaircissements sur le martyre de la légion thébienne, p. 72. Avant les recherches de ce laborieux écrivain, on avait proposé plusieurs opinions différentes sur le lieu où ce concile avait été célébré. Suivant J.-J. Chifflet, ce fut à Nyon ; suivant Papre Masson, dans l'abbaye d'Agaune ; l'abbé de Longuerue et d'autres le mettent à Yenne en Savoie ; Baillet, à Ponas ou Paunas, près de Vienne. Adr. Valois et Annet de Pérouse, évêque de Gap, le placent à Albon, dont le territoire se nommait autrefois Ager epaonensis. Voyez la Bibl. hist. de la France, n°511-515.

 (2)  Lettres de saint Avit, Epist. 83.

 ()  Quelques auteurs l'appellent Ostrogothe, parce qu'elle était fille de Théodoric, roi des Ostrogoths.

 (4)  On lui donne cette qualification sans doute parce que les rebelles qui le livrèrent à la mort étaient des ariesn, qui se portèrent à cette trahison par haine contre la foi catholique.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2021  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME