Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | Saint Anschaire / Saint Ansgarius (08 septembre 801, en Picardie - 03 février 864, à Brême, en Allemagne)

Saint Anschaire / Saint Ansgarius

(08 septembre 801, en Picardie - 03 février 864, à Brême, en Allemagne)
L'apôtre du Nord - Fêté le 03 février
© France-Spiritualités™




      Saint Anschaire ou saint Ansgarius, surnommé l'Apôtre du Nord, né en Picardie, le 08 septembre 801, fut élevé dans un couvent de bénédictins, à Corbie, d'où il passa à Corvey, en Westphalie ; il y fit de tels progrès dans les sciences, qu'en 821 il fut nommé recteur de l'école du couvent. Harald, roi du Danemark, près de quitter Mayence, où il avait été baptisé, pour retourner dans ses Etats, demanda quelques missionnaires qui puissent y introduire le christianisme : Anschaire, accompagné de son ami Autbert, entreprit cette pénible tâche. Il obtint d'abord de grands succès, et fonda une école chrétienne à Hadeny, aujourd'hui Schlewih ; mais le zèle violent d'Harald ayant soulevé ses sujets, il fut contraint de s'enfuir, et Anschaire avec lui.

      Le roi de Suède Björn ayant envoyé, peu après, des ambassadeurs à Louis le Pieux, roi de Germanie, Anschaire les suivit en Suède à leur retour. Le roi lui accorda la permission d'enseigner publiquement le christianisme : on avait préalablement consulté les idoles pour savoir ce qu'on devait faire, et la réponse du sort avait été favorable au missionnaire chrétien. Il convertit un grand nombre des principaux de la cour, bâtit une église, et revint dans son cloître en 831.

      Louis le Pieux le nomma, peu après, premier archevêque de Hambourg, et le pape Pascal, en lui envoyant le pallium, lui donna le titre de légat dans le Nord ; mais, en 845, Anschaire vit l'église et le couvent de sa ville archiépiscopale pillés et livrés aux flammes par des brigands : à peine eut-il le temps de s'enfuir, presque nu, à Brême. Il se retira alors dans l'asile qu'une femme nouvellement convertie lui offrit. L'évêque de Brême, Leuterich, étant mort peu après, l'empereur Louis II nomma Anschaire à sa place : cet évêché fut dès lors irrévocablement réuni à l'archevêché de Hambourg. Le zèle d'Anschaire ne lui permit pas de jouir en paix de sa nouvelle dignité : il retourna au Danemark, acquit la faveur du roi Eric, et donna, dans ce royaume, une base plus solide à la religion chrétienne. Il réussit également en Suède, auprès du roi Olof ou Olaüs, dans le Holstein et dans toutes les contrées voisines où régnait l'idolâtrie. De retour à Brême, il y mourut d'une dyssenterie, le 03 février 864.

      Il fonda des hôpitaux ; il visitait lui-même les pauvres et les malades, rachetait les prisonniers, et remplissait avec la plus scrupuleuse exactitude tous les devoirs du culte. A sa mort, le pape Nicolas Ier le mit au nombre des saints. Il avait écrit plusieurs ouvrages ; mais il ne nous reste de lui que quelques lettres, et : Liber de vita et miraculis S Wilohadi, imprimé avec la vie d'Anschaire, Cologne, 1642, in-8°, et plusieurs fois depuis. (Voyez sa vie, par Rimbert, dans les Scriptores Rerum Danicarum, etc., n° 30, de Langebeck ; et la Cimbria litterata de J. Moller.)  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 2 - Pages 39-40)


Un lien vers cette page se trouve dans la page suivante :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME