Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Saints & Bienheureux | Saint Aubert, fondateur du Mont St-Michel (VIIIème siècle)

Saint Aubert, fondateur du Mont St-Michel

(VIIIème siècle)
Patron du Mont-St-Michel - Fêté le 26 juin
© France-Spiritualités™




      Ce nom, qui s'est écrit et prononcé de ces différentes manières, paraît être aussi le même que celui d'Albert, puisque la place Maubert est nommée ainsi parce qu'Albert le Grand, ou maître Aubert y donnait ses leçons, et il a été très commun dans toutes les parties du royaume, dès les premiers temps de la monarchie. Deux évêques qui l'ont porté ont mérité, par leurs vertus, d'être mis au rang des saints.

      Le plus ancien fut évêque de Cambrai et d'Arras, en l'an 683. Ces deux sièges étaient réunis à cette époque. Il fut honoré de la confiance de Dagobert, et mourut en 688. Il fonda plusieurs abbayes, entre autres celle de St-Ghilain, près de Mons, dans le Hainaut, et celle de St-Vanst à Arras. Après sa mort, on en consacra deux autres sous son invocation dans ces deux villes ; son corps fut déposé dans celle de Cambrai, et celle d'Arras devint une des principales paroisses de cette ville. Sa fête a été placée au 13 décembre, anniversaire de sa mort. Mabillon a publié sa vie dans le tome 2 des Acta Sanctorum ord. S. Benedicit.

      Le second saint Aubert occupa le siège d'Avranches au commencement du VIIIème siècle, et il en fut le dixième évêque ; il s'est rendu célèbre par la fondation du Mont St-Michel. Suivant l'usage de ces temps, on a répondu beaucoup de merveilleux sur les motifs qui l'y déterminèrent. On a dit, entre autres choses, qu'un esprit céleste apparut pour lui ordonner de construire un temple, en son nom, sur la pointe d'un rocher situé au milieu de la mer, et qui se nommait alors le mont de la Tombe. Le saint, jugeant la chose impossible, ne put se résoudre à l'entreprendre : ce ne fut qu'à la troisième apparition que, convaincu de la puissance de l'archange, par une punition que celui-ci lui infligea, il se mit enfin en devoir d'obéir, et que, surmontant toutes les difficultés, il parvint à bâtir un oratoire dans le lieu indiqué, qui devint bientôt célèbre sous le nom de St-Michel en péril de la mer. Saint Aubert y établit d'abord des chanoines ; mais ceux-ci s'étant relâchés, on les remplaça en 976 par des bénédictins, qui y sont restés jusqu'à la Révolution.

      On a raconté des détails encore plus merveilleux sur cet événement ; mais on doit remarquer qu'ils sont exactement les mêmes que ceux qu'on a attribués à la fondation de St-Michel du mont Gargan, maintenant mont St-Ange, faite plus d'un siècle avant celle-ci. Cette conformité suffit pour les faire reléguer parmi les fraudes pieuses que l'ignorance inventait alors. Il est probable que saint Aubert, animé de l'esprit sage qui avait dirigé les premiers apôtres, chercha à sanctifier des usages superstitieux, restes du paganisme ou du druidisme, en leur donnant une direction plus pure ; et il suivit, pour y parvenir, une coutume assez généralement établie dans toute la chrétienté, celle de consacrer à saint Michel les lieux élevés qui, sous le paganisme, l'avaient presque tous été à Mercure. Ce nouveau St-Michel devint en peu de temps l'objet d'un pèlerinage très accrédité. Le corps de saint Aubert y fut déposé après sa mort ; mais il fut oublié pendant plus de 300 ans. Ayant été alors découvert par une révélation, cette relique renouvela la faveur des pèlerins, parmi lesquels on a compté les personnages les plus illustres. Louis XI fut de ce nombre, et ce fut ce qui le détermina à établir l'Ordre de St-Michel, en 1469. La fête de saint Aubert a été fixée au 26 juin, anniversaire de la découverte de son corps.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 2 - Page 374)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2023  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME