Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL | R | Religion

Religion

© France-Spiritualités™



Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif féminin [Du latin religio, fait de religare, relier ; parce que la religion est le lien qui nous unit à Dieu]
Le culte que l'on rend à la Divinité ; sentiment des rapports intimes entre l'homme et son créateur.
La religion chrétienne. La religion juive. La religion naturelle. La religion protestante. La religion de Mahomet. La vraie, la fausse religion.
Etre de telle religion. Professer une religion. Pratiquer telle religion. Faire profession d'une religion. Fonder une religion. Changer de religion. Renoncer à sa religion. Abjurer sa religion.
La religion du pays. La religion de l'Etat. La religion dominante. La religion de nos pères. Les préceptes de la religion.
La religion, c'est-à-dire le sentiment religieux, est un état individuel qui peut suffire à notre propre bonheur, mais qui n'agit pas directement sur celui des autres ; une religion, au contraire, est une institution civilisatrice, moralisante, qui cherche à vivifier en tous l'idée de Dieu. La religion étudiée est pour tous les hommes la règle infaillible des bonnes mœurs. (Stanislas)
La religion ne doit pas être moins chère parce qu'elle a des membres qui la défigurent. (La Rochefoucauld)
Il y a des gens qui disputent sans fin sur la religion, et qui combattent en même temps à qui l'observera le moins. (Montesquieu)
La religion est une chose si grande, qu'il est juste que ceux qui ne voudraient pas prendre la peine de la chercher, si elle est obscure, en soient privés. (Pascal)
Aimez et observez la religion ; le reste meurt, elle ne meurt jamais. (Fénelon)
Les vertus nées de la religion se cachent dans la religion même. (Lacret)
La religion serait un bien, ne fît-elle que nous ouvrir les portes de l'avenir. (Malesherbes)
La religion est encore plus nécessaire à ceux qui commandent qu'à ceux qui obéissent. (Bossuet)
Nulle part la religion et le trépas n'ont exercé un plus grand empire sur les cœurs qu'en Egypte ; aussi est-ce la contrée de la terre qui a offert le plus de merveilles à l'admiration des siècles, témoin ces pyramides dont, comme l'a dit un de nos poètes, la masse indestructible a fatigué le temps. (A. Rauch)
Ce qui perd une religion, c'est lorsqu'un corps de prêtres se met entre le peuple et Dieu. (Bernardin de Saint-Pierre)
Formée pour nos misères et nos besoins, la religion chrétienne vient nous offrir sans cesse le double tableau des chagrins de la terre et des joies célestes. (Chateaubriand)
La nature n'avait donné qu'à l'homme d'entrevoir qu'il existât un Dieu, et des milliers de religions inhumaines sont nées d'un sentiment si simple et si consolant. (Bernardin de St-Pierre)

A la religion la faiblesse a recours,
Le crime innocemment implore son secours.

(C. Berryer)

La religion prétendue réformée / La religion réformée / La religion :
La croyance des calvinistes.

Religion :
Foi, croyance, piété, dévotion.
Avoir de la religion. Avoir beaucoup de religion. Etre plein de religion. Un homme sans religion. N'avoir guère de religion.
La plupart de ces peuples n'ont aucune religion (Buff.)
Le cardinal de Richelieu avait assez de religion pour le monde. (De Retz)

Religion :
Etat des personnes engagées par des vœux à suivre une certaine règle autorisée par l'Eglise.
Religion austère. Religion douce. Choisir une religion. Habit de religion.
Ce bénédictin a trente ans de religion.

Mettre une fille en religion :
La faire religieuse.

Entrer en religion :
Se faire religieux ou religieuse.

Religion :
Absolument. Se dit de l'ordre de Malte.
Ce chevalier avait servi tant d'années la religion. Les galères de la religion.

Se faire une religion d'une chose / S'en faire un point de religion :
S'en faire une obligation importante.
Il se fit une religion d'écouter les raisons des partis et de lire leurs mémoires. (Flèch.)
Ne se fit-elle pas une religion de donner un frein à sa langue ? (Flèch.)

Violer la religion du serment :
Manquer à son serment, se parjurer.

Surprendre la religion du prince, la religion des juges, la religion d'un tribunal :
Surprendre la justice du prince, des juges, etc., les tromper par un faux exposé.

Paix de religion :
Traité conclu, à la diète d'Augsbourg, entre l'empereur et les princes protestants d'Allemagne en 1555.

Religion de l'Etat : Politique
S'est dit de la religion catholique en France, sous la Charte de Louis XVIII.

Religion : Histoire ecclésiastique
Couvent, congrégation.
Religion d'hommes. Religion de filles.

La religion de saint Joseph :
Le mariage.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 1136.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME