Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL | S | Sacrilège

Sacrilège

© France-Spiritualités™



Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif masculin [Du latin sacrilegium, fait de sacer, sacré, et lædere, blesser]
Crime par lequel on profane des choses sacrées. La loi romaine, qui avait restreint dans le principe le sacrilège au vol des objets employés au service du culte, l'étendit plus tard à toute espèce de crimes commis contre la loi de Dieu, soit par mépris, soit par ignorance. Dans l'ancienne législation française, le fait de sacrilège résultait d'une foule de cas qu'il serait trop long d'énumérer ; les plus graves de ces attentats étaient punis de mort avec amende honorable et mutilation du poing droit. Le sacrilège proprement dit avait disparu de nos codes depuis la révolution de 89. En 1829, une loi sévère fut portée contre les sacrilèges, et cette loi fut abolie en 1830 ; de sorte que le crime de sacrilège a disparu de nos codes ; mais l'expression n'a pas disparu en même temps de notre langue.
Détestable, horrible, exécrable sacrilège. Faire, commettre un sacrilège. Etre accusé, être convaincu de sacrilège.
L'usage indigne des sacrements est un sacrilège.

Sacrilège :
Toute action par laquelle on attente sur une personne sacrée, on outrage une personne digne de vénération et de respect.
L'attentat sur la personne d'un roi, d'un ministre de la religion est un sacrilège. C'est un sacrilège que d'offenser son père. C'est un sacrilège que d'insulter les malheureux.

Sacrilège :
Toute action par laquelle on attente à la morale ou à la religion.
C'ets un sacrilège à des hommes de se faire les vengeurs de la Divinité. (Jean-Jacques Rousseau)

Sacrilège : Par hyperbole
Dommage.
Ce serait un sacrilège de retoucher à ce tableau. Ce serait un sacrilège d'abattre ce bel arbre.

Sacrilège : Adjectif des deux genres
Qui commet ou a commis un sacrilège.
Homme sacrilège. Femme sacrilège.
Quiconque s'approche indignement des sacrements est sacrilège.

Sacrilège :
Qui appartient à une personne sacrilège.
Une main sacrilège. Une bouche sacrilège.
Le cruel a mis sa main sacrilège sur ce qui m'était le plus cher. (Bossuet)
Il condamna à un supplice rigoureux toutes les langues sacrilèges. (Fléch.)
Pourriez-vous, Seigneur, confier à des bras sacrilèges le soin de rétablir votre culte ? (Mass.)

Sacrilège :
Qui participe au sacrilège, qui a le caractère du sacrilège.
Pensée sacrilège. Dessein sacrilège. Action sacrilège.
Le roi n'avait point donné d'ouverture ni de prétexte aux excès sacrilèges qui eurent lieu. (Bossuet)

Sacrilège : Substantivement
En parlant des personnes.
La morale condamne les impies, les sacrilèges.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 1248.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME