Vous êtes ici : Autres traditions & spiritualités | MARTINISME, MARTINEZISME & MYSTICISME | Livres, Textes & Documents | Le Nouvel Homme | Partie 12

Le Nouvel Homme

Louis-Claude Saint-Martin
© France-Spiritualités™






Colombe


34.

      Ces occupations et ces soins du nouvel homme sont si urgents et si importants qu'il va rester encore un temps dans le désert pour assurer les fondements de l'œuvre. S'il a reçu la naissance spirituelle, s'il a été nourri du verbe jusqu'à l'âge de sa mission, c'était pour son propre avantage, et pour sa délivrance personnelle ; actuellement, il lui faut songer à l'œuvre de son maître. Il lui faut tellement fermer la porte inférieure du cœur de l'homme, après en avoir chassé l'ennemi, que la porte supérieure et divine puisse s'ouvrir sans inconvénients, et sans craindre ces horribles prostitutions que cet ennemi ne cesse de projeter, et de machiner selon tous les moyens qui sont en lui.

      Tel était l'esprit des trois tentations par lesquelles il attaqua le Réparateur ; il ne cherchait, sous l'apparence de la piété et de la foi, qu'à faire descendre les vertus divines dans sa région, et à les faire employer à un usage faux, afin que les fruits en fussent tous à l'avantage de ses vues cupides et criminelles. Tel était, dis-je, l'esprit de ces trois tentations, parce que ce prince dés ténèbres ne marchant point dans la lumière, ne peut connaître que la même route erronée qu'il a suivie dès le commencement, et il attaquait le Réparateur, comme il avait attaqué le premier homme, et comme il attaque journellement tous les mortels.

      Mais le Réparateur, au contraire, se conduit envers lui comme l'homme aurait dû le faire dans le temps primitif, comme le nouvel homme se conduira désormais, et comme tous les mortels devraient se conduire. C'est-à-dire, que se regardant seulement comme le ministre et le serviteur de Dieu, il ne peut prendre sur lui de se déterminer à céder à aucune proposition quelconque sans l'autorisation de son maître, et il se contente de rapporter la loi et les volontés de ce maître à celui qui veut le séduire ; il lui fait entendre par là qu'il ne peut se rendre légitimement à ce qui lui est suggéré, et que la volonté de son maître était sa première loi, il doit la consulter avant d'agir, et la suivre dès qu'elle lui est connue.

      Peut-être même des yeux intelligents trouveront-ils dans la douceur de cette réponse, et dans la citation des volontés supérieures, un indice de la manière dont l'homme aurait dû se diriger dans son état de gloire, et de la fonction qu'il aurait eu à remplir envers l'être égaré ; car cette citation de la loi et de la volonté supérieure eût été une sorte d'instruction que l'homme eût donné au prévaricateur, et qui peut-être l'eût engagé à faire un retour sur lui-même, et à rentrer dans la vérité.

      Mais il aurait dû faire cette citation, non pas comme la fit Eve en disant au serpent, en chancelant et déjà troublée : Dieu nous a commandé de ne point manger du fruit de l'arbre qui est au milieu du paradis, et de n'y point toucher, de peur que nous ne fussions en danger de mourir ; mais avec la ferme résolution de rester fidèle au précepte, et de s'opposer par une suite de cette fidélité à toutes les tentatives du prévaricateur. Voilà donc encore un des fruits que le nouvel homme peut communiquer à ses frères, en attendant les nombreuses récoltes qui sortiront de lui lorsqu'il aura terminé le cours de ses épreuves et de ses combats dans le désert.

      Ce fruit est la manière dont nous pouvons nous délivrer de l'ennemi lorsqu'il nous tente par quelque proposition insidieuse, par des images illusoires et par des insinuations accoutumées. Disons-lui, comme le nouvel homme : Je ne suis pas mon maître, je ne suis que le serviteur de Dieu, c'est à lui que je le renvoie pour faire juger tes plans et tes propositions. L'ennemi ne tiendra pas contre ce langage ; ou, s'il a l'intention de poursuivre ses entreprises et ses tentatives, il viendra frapper contre la loi même qui le brisera et le couvrira de honte et de confusion.

      Combien faudra-t-il d'efforts et de soins à ce nouvel homme avant qu'il ait fermé ainsi à l'ennemi toutes les issues ! Car il ne faut pas qu'il y ait un seul point de son être où cet ennemi puisse accomplir le moindre de ses projets séducteurs, et établir ces fausses joies avec lesquelles il enchaîne journellement les mortels. Ce sont là ces assemblées de jeux et de divertissements où Jérémie disait qu'il ne se trouvait point.

      Aussi ce nouvel homme vous dira comme Jérémie 15:15 : " Seigneur, vous qui connaissez le fond de mon cœur, souvenez-vous de moi, venez en moi, et défendez-moi contre ceux qui me persécutent... Votre parole est devenue la joie et les délices de mon cœur, parce que j'ai porté le nom de votre prophète : ô Seigneur, Dieu des armées... Je ne me suis point trouvé dans les assemblées de jeux et de divertissements.... Je me suis tenu retiré et solitaire... Pourquoi ma douleur est-elle devenue continuelle... ? C'est pourquoi voici ce que dit le Seigneur : Si vous savez distinguer ce qui est précieux de ce qui est vil, vous serez alors comme la bouche de Dieu. Je vous rendrai à l'égard de ce peuple comme un mur d'airain et inébranlable. Ils vous feront la guerre, et ils n'auront sur vous aucun avantage, parce que je suis avec vous pour vous sauver et pour vous délivrer... Je vous dégagerai des mains des méchants, et je vous préserverai de la puissance des forts."

      Rappelons-nous qu'il n'y a pas un seul point de l'être de l'homme sur lequel ces sublimes paroles ne doivent se prononcer, et que Dieu ne demande autre chose, sinon que le nouvel homme soit en état de les entendre continuellement. Nous avons été déjà trop loin pour être étonnés de cette merveilleuse miséricorde. La grandeur de l'homme est un témoignage évident de la grandeur de l'œuvre de Dieu envers la malheureuse famille humaine; et réciproquement la grandeur de l'œuvre de Dieu est une démonstration de la grandeur de l'homme. Cette œuvre est telle qu'il suffirait de la contempler et de l'apercevoir pour renaître, et pour nous rétablir dans les régions saintes de l'amour et de la sagesse, de manière que non seulement le monde des ténèbres et des illusions disparût pour nous, mais que même tous les mondes de lumière semblassent se trouver dans notre âme, comme ils se trouvent dans la pensée de Dieu.

      Ô nouvel homme, combien tu deviens respectable à tes propres yeux quand tu sens ce qu'opère pour toi l'auteur des choses ! Il est le Dieu unique, tu es son fils ; peut-il y avoir quelque chose qui ne soit divin dans l'œuvre qui s'opère en toi et lui ! Peut-il y avoir quelque chose qui ne soit pas l'acte même de ton Dieu ! Aussi tu ne vivrais pas, et tu serais déjà mort, si tu ne croyais pas à celui qu'il a envoyé en toi.

      En même temps, c'est par cette vive confiance, c'est par cette fidélité aux volontés de son maître, que le nouvel homme va rendre à son être l'activité qui lui est propre ; il sent qu'il nage dans le sang du Réparateur, comme dans une mer abondante qui enveloppe tout l'Univers ; il sent que les germes engendrés par ce sang ne sont point périssables comme les germes terrestres, et produits par les simples puissances secondaires ; il sent que les fruits qui en proviennent ne sont point nuls ni sujets à la loi du temps, et il est dans l'admiration de les retrouver en lui dans leur vive activité, lors même qu'il semblait avoir perdu de vue leur existence ; il sent que leur activité se communique à son propre germe, et le dispose à réaliser toutes leurs vertus, à l'image et à la ressemblance de celui qui a bien voulu le choisir pour son frère.

      Aussi il n'a nul doute que ce sang dans lequel il nage ne rétablisse, dans tous les points de son être, la vie qui leur manque, et la force et la sécurité dont ils ont besoin, pour conserver intact l'intérieur de la place, et échapper à la fureur de ceux qui l'attaquent et le poursuivent ; car si son être est l'abrégé universel de tout ce qu'il y a dans les deux mondes, il faut qu'il recouvre toutes les mesures qui lui appartiennent sous ce rapport, et qu'ainsi les deux mondes qui sont en lui, rentrent dans leurs relations, dans leur justesse et dans leurs propriétés originelles.

      C'est là le sens de sa véritable réconciliation et régénération ; ainsi il faut qu'il soit réconcilié en lui avec ces principes et actions élémentaires, avec toutes les régions temporelles, avec les deux régions spirituelles, célestes et terrestres, avec toutes les régions surcélestes, avec toutes les régions saintes et avec toutes les régions divines; puisque toutes ces régions-là sont en lui, et qu'elles n'ont pas été placées en lui pour y demeurer dans l'inertie et dans la mort.

      Le premier homme avait laissé dévaster ces sept domaines par le crime, et nous a exposés tous à la nécessité de travailler, comme lui, à les réhabiliter dans nous, avant de travailler à les réhabiliter autour de nous. L'agent suprême prêta son secours au premier homme, dès l'instant du crime, pour l'aider à entreprendre avec succès le grand œuvre de sa réhabilitation. Ce même agent suprême ne cesse de prêter son secours au nouvel homme, pour l'aider à se régénérer dans ses lois, et dans ses mesures particulières ; c'est pour cela qu'il a vu renaître en lui les sept canaux qui devaient primitivement le rendre l'instrument actif de la Divinité, c'est pour cela qu'il s'est retiré dans le désert, afin de se séparer totalement de ce qui n'avait point de rapport avec ses éléments primitifs. Enfin, c'est pour cela que, rempli de confiance en celui qui ne l'a point perdu de vue, et dans tous les germes de régularité, de force, de justesse, de lumières, de sagesse, de puissances et de vérités que cette main suprême a semés en lui, il va abandonner son désert, et répandre au-dehors les fruits que, grâce à la toute puissance, il a su leur faire produire par sa culture soigneuse et vigilante.


35.

      Comment ce nouvel homme paraît-il avoir des rapports si parfaits, et des droits si actifs sur la nature, au point de pouvoir changer les substances qui la composent, et de leur donner des propriétés si puissantes, en comparaison de celles qu'elles annonçaient avant qu'il eût paru ? C'est qu'il a déjà fait les noces de Cana. C'est qu'il a déjà changé en lui l'eau en vin ; c'est qu'il a déjà revivifié en lui les six urnes, c'est-à-dire, les six actions élémentaires qui composent la circonférence visible de tout ce qui est matière, et que, par cette revivification, il a donné accès en lui, à leur principe central et septénaire qui leur donne le mouvement et la vie, et qui peut la transmettre par leur moyen à tout ce qui ne l'a pas reçu, et est encore dans le séjour de la mort, et de l'inaction ; c'est qu'en donnant accès en lui à ce principe central et septénaire, il a rendu à sa forme corporelle la propriété originelle qui lui appartient par sa nature, d'être supérieure à toutes les formes de l'univers, et de leur prouver sa supériorité ; c'est qu'en rendant à sa forme corporelle sa propriété originelle, il peut prouver, à toutes les autres formes que sa destination primitive fût en effet de produire de pareils résultats, et de semblables régénérations sur toutes les formes de la nature qui auraient été soumises à son empire.

      Voilà pourquoi rien n'est comparable à l'imprudence de celui qui essaie de faire des entreprises quelconques dans cet ordre de choses supérieures, sans avoir commencé par rendre à sa forme les propriétés essentielles dont elle devrait être le dépositaire et l'organe ; mais aussi s'il parvient à rendre à sa forme ses propriétés originelles, il n'y a point de résultats qu'il n'en puisse attendre, puisqu'elle est au-dessus de toutes les formes de la nature.

      Que serait-ce donc si le nouvel homme était régénéré dans tout son être ? Il ferait de plus grandes choses que le Réparateur même, parce que le Réparateur n'a fait que semer les germes de l'œuvre, et que le nouvel homme peut entrer en moisson, puisque chaque jour, la récolte se mûrit. Le Réparateur a ressuscité des morts individuels ; le nouvel homme pourra ressusciter des tribus entières. Le Réparateur a calmé les flots d'un lac, le nouvel homme pourra calmer les flots de l'océan. Le Réparateur a rendu la vie à quelques aveugles, le nouvel homme pourra ouvrir les yeux à tout ce qui l'entoure. Le Réparateur a délivré des hommes détenus corporellement par les liens de l'ennemi, le nouvel homme pourra rompre, à la fois, toutes les chaînes de tous les hommes de désirs.

      En opérant toutes ces merveilles, il dira : Seigneur, c'est à votre nom que toute la gloire en est due, parce que vous vous êtes humilié pour élever l'homme, vous n'avez fait que voler légèrement devant lui, comme l'aigle vole devant ses petits pour leur enseigner à voler à leur tour et à exercer leurs forces, et vous avez voulu qu'il devînt, par vos leçons, aussi grand qu'il aurait dû l'être, s'il n'avait point abandonné l'ancien poste que vous lui aviez confié. Vous n'avez voulu opérer devant l'homme que dans votre état d'abaissement, et d'humiliation, afin que, par sa fidélité à suivre votre exemple et vos ordonnances, il pût parvenir à opérer dans votre gloire, et c'est pour cela que vous lui avez promis qu'il ferait de plus grandes choses que vous. Mais quelque grandes que soient les œuvres qu'il pourra faire, il ne pourra cesser de célébrer d'autant plus vos louanges, parce que c'est vous qui l'avez régénéré, et que c'est par vous seul qu'il a acquis le pouvoir d'opérer en vous.

      Tel fut l'esprit de sagesse et d'humilité qui dicta la réponse du Réparateur à sa mère lorsqu'elle lui dit : Ils n'ont point de vin. Car lorsque le Réparateur lui répondit : Femme, qu'y a-t-il de commun entre vous et moi ? Mon œuvre n'est pas encore venue ; il contempla sa grande puissance par laquelle il devait un jour ouvrir la source des eaux vives dans le ciel, et voir le fruit nouveau de la vigne dans le royaume de son père ; mais les hommes n'étant point encore préparés à partager divinement ces avantages, puisqu'ils sont encore sous le joug de l'apparence, il déclare que son heure n'est point encore venue, et il se borne à laisser opérer son action, devant eux, sur des substances élémentaires ; opération assez frappante pour les remplir d'étonnement, et de respect pour celui qui en est l'auteur ; tandis que la sublime opération divine dont elle est l'image, eût échappé à leurs regards, et fût devenue entièrement inutile pour eux.

      Cette opération devenait en même temps un type instructif pour ceux dont l'intelligence avait acquis quelques développements ; non seulement elle annonçait le renouvellement de la nature, mais elle fit naître au maître d'hôtel une observation significative quand il dit à l'époux : Tout homme sert d'abord le bon vin, et après qu'on a beaucoup bu, il en sert alors de moindre, mais pour vous, vous avez réservé jusqu'à cette heure le bon vin.

      Le sens de cette réponse peut en effet annoncer la différence du règne de la matière, et du règne de l'esprit, parce que le règne de la matière ne va jamais qu'en dégénérant, puisque son principe, ses moyens, son terme, tout est borné en elle, et finit par le néant ; au lieu que le règne de l'esprit ne peut aller qu'en s'accroissant continuellement, et promet toujours à l'homme de nouvelles jouissances ; or cette différence était clairement indiquée, puisque c'est le Réparateur lui-même qui avait agi directement, et spirituellement sur l'eau dont il avait fait remplir les urnes. En outre, le sens de l'observation du maître d'hôtel annonçait avec encore plus de clarté le caractère, et le terme de la loi ancienne, et l'esprit de la loi nouvelle que l'amour divin venait apporter sur la terre.

      Car cette loi ancienne étant circonscrite dans les mesures du temps, et proportionnée à l'état terrestre de la famille humaine, devait subir un terme, et ne pouvait manquer d'occasionner la satiété quand les besoins spirituels de l'homme auraient été plus développés, au lieu que la loi nouvelle, remplaçant l'homme dans la ligne de vie, devait lui procurer des jouissances toujours croissantes comme l'infini, et des trésors toujours plus doux, et plus abondants. Or il n'y avait que le Réparateur qui pût ainsi apporter le bon vin à la fin du repas ; et cette œuvre fut l'occasion d'une grande joie dans la région supérieure et divine, car le grand monde ne peut manquer d'éprouver un ravissement lorsque le petit monde entre dans ses mesures particulières, vu le rétablissement des similitudes qui est le principal désir de ce grand monde.

      Lisons ici une seconde raison pour laquelle le nouvel homme a acquis tant de droits et de propriétés si puissantes, et si merveilleuses. C'est que pendant le séjour qu'il a fait dans le désert, il a appris à connaître le nom de l'ennemi qui était attaché à sa poursuite ; il a connu sa région, ses facultés, sa puissance, les causes éloignées ou prochaines qui l'ont placé près de lui, le nom et l'autorité des chefs sous lesquels il agit, ses rapports, ses correspondances, les plans généraux et particuliers qui lui sont tracés, et les moyens qu'il emploie chaque jour pour tâcher de parvenir à ses fins désastreuses ; plus le nouvel homme a fait de profondes découvertes sur le mobile, et la marche de ce malfaiteur, plus il a été en état de déranger ses plans et de faire manquer tous ses pièges, parce que comme l'esprit de l'homme ne peut rester dans le néant, et dans le vide d'action, il ne peut non plus éloigner de lui l'influence fausse, sans que l'influence vraie ne le remplisse.

      Le nouvel homme a donc reçu aussi dans le désert la connaissance du nom de celui qui le protège et l'accompagne dans sa carrière d'épreuves et de combats ; il a connu non seulement le nom de celui qui le protège, mais le rang qu'il occupe dans la hiérarchie céleste, ses rapports, ses correspondances, les vastes desseins que la sagesse lui a confiés pour la direction de son élève, et les motifs sacrés pour lesquels cette sagesse l'a envoyé près de lui.

      Le fruit que le nouvel homme a retiré de toutes ces découvertes, c'est d'avoir laissé pénétrer en lui une sorte d'impétuosité spirituelle qui s'est emparée de son courage, de son amour, de sa parole, de sa pensée et qui n'est que la correspondance de cette impétuosité divine avec laquelle l'action supérieure cherche à se précipiter en nous pour y prendre la place des ténèbres et de la mort.

      Mais il n'a recueilli un pareil fruit qu'après avoir éprouvé une sensation, à la fois, bien lamentable et bien consolante. Car comment contempler avec indifférence le tableau des malheurs de l'homme et des ressources qui lui sont offertes contre ces malheurs ! Aussi le nouvel homme, frappé alternativement par ces deux forces opposées, est parvenu, par leur comparaison, à sentir sa dignité, et sa noblesse. Après avoir frissonné sur les misères de l'homme, il a frissonné sur sa grandeur, qui ne l'aurait pas rendu si malheureux s'il n'avait pas eu de si immenses moyens de devenir coupable ; et réciproquement après avoir frissonné sur la grandeur de l'homme, il a frissonné sur ces misères ; et c'est par le choc de toutes ces violentes sensations que l'âme du nouvel homme s'est mise à découvert, que le principe supérieur a pu opérer sur elle un contact puissant qui l'a revivifiée, et qui l'a pénétrée de cette active et sainte impétuosité qui est le vrai caractère de la vie.


36.

      Le Seigneur a choisi l'âme de l'homme pour y faire sa demeure ; il voudrait s'y promener à loisir dans les sentiers spacieux qu'il s'y est préparés. Il y déploie toute sa majesté, et pour qu'elle puisse être mieux aperçue, il y fait briller des astres éclatants dont la lumière répand une splendeur ineffable jusque dans les retraites les plus cachées de cet asile sacré. Il s'y est formé un temple où ses Lévites sont employés journellement au culte de leur Dieu, et à la pratique des cérémonies saintes. Chaque jour il y consacre l'huile de vie qui doit servir à renouveler perpétuellement les sources sacramentelles de tous les dons de son esprit. Il a placé dans le lieu le plus éminent de ce temple une chaire de vérité ; il y fait asseoir son envoyé pour annoncer aux nations la parole de joie qu'il puise dans la langue éternelle.

      Moïse, ceux qui étaient assis sur ta chaire, le Seigneur nous ordonna de les écouter, et de pratiquer ce qu'il recommandait d'après la loi. Saint réparateur, tu nous ordonnas d'écouter tes apôtres que tu envoyais dans le monde pour annoncer ta parole, puisque tu ne priais que pour eux, et pour ceux qui croiraient à leur prédication. Comment ne croirions-nous donc pas aux apôtres qui habitent dans le temple de l'homme, puisque nous avons dû croire aux prophètes qui ont déjà prophétisé en lui ?

      Comment, dis-je, ne croirions-nous pas aux apôtres qui habitent dans le temple de l'homme, dans ce temple plus ancien que les temples temporels des deux alliances, dans ce temple où celui qui prêche la parole, est non seulement assis sur la chaire de Moise, et sur la chaire de la seconde loi, niais encore sur la chaire de la loi primaire, de cette loi assez ancienne pour être assise, elle-même, sur la chaire de l'unité ?

      C'est là cette montagne sur laquelle le nouvel homme va monter pour parler à tout le peuple qui l'environne, et après qu'il se sera assis, et que toutes ses pensées se seront rassemblées autour de lui comme étant ses disciples, il ouvrira la bouche et leur dira :

      "Bienheureux ceux qui sont assez pauvres d'esprit pour se laisser dérober par leur ennemi secret leur gloire et leurs avantages temporels, et laisser leur propre monde briller au-dessus d'eux, et les plonger dans l'obscurité, parce qu'étant exclusivement occupés à la recherche de leur principe et de leur rapprochement de la vérité, ils se rendront assez semblables à elle pour qu'elle vienne les visiter, et les rendre par là possesseurs du royaume des cieux, dans le temps même que leur propre monde, où l'homme de péché qui est lié à eux les croira dans l'indigence et, l'ignominie !"

      "Bienheureux ceux qui ne s'offenseront point des efforts et des tentatives que cet homme de péché fera pour leur nuire ; mais qui seront tellement occupés à la culture de leur terre, qu'ils ne se laissent pas même distraire par les reproches qu'il leur fera intérieurement d'être sans lumières, sans éclat, sans honneur, sans richesses, sans estime à ses propres yeux qui ne font qu'un avec les yeux du monde ! C'est avec justice que la terre leur sera donnée, qu'elle leur appartiendra, et qu'ils la posséderont, puisqu'ils en auront gagné la possession par une culture si exclusive, et par des soins aussi assidus."

      "Bienheureux ceux dont l'homme intérieur est dans les larmes, et dont le cœur est tourmenté par l'abondance de l'amertume ! C'est une preuve que la parole du Seigneur est descendue en eux, et qu'elle y comprime toutes les substances de mensonge ; c'est une preuve que la parole s'est imprégnée elle-même de leurs douleurs jusqu'à en être gonflée ; c'est une preuve qu'ils ont senti les pleurs de la parole de vie qui s'est répandue dans l'âme des prophètes de tous les temps, qui n'a cessé de parler par eux des pleurs des prêtres, des pleurs de la terre d'Israël, des pleurs des voies de Sion, des pleurs du rempart et de la muraille, des pleurs de la récolte de la vigne, des pleurs des habitations des pasteurs, qui s'est transformée en larmes de sang, dans l'œuvre du Réparateur, qui s'est empressée de recommander à l'homme de laisser librement pleurer la parole en lui, et de pleurer abondamment avec elle, puisque ce n'est qu'ainsi que le péché sortira de lui pour y être remplacé par la joie pure, par le sentiment actif de la liberté de sa nouvelle existence, et par les plus douces et les plus ineffables consolations de la vie."

      "Bienheureux ceux qui sont affamés et altérés de la justice, qui auront aimé leur être jusqu'à se déterminer à goûter la mort, pour lui fournir les moyens de goûter la vie, et pour se mettre en état de prononcer le jugement qui est remis à tous les enfants des hommes ! Car le vieil homme est toujours en litige avec l'homme nouveau, et si l'homme intérieur prononce avec force le jugement et l'arrêt contre le vieil homme, l'homme nouveau n'est-il pas sur le champ remis dans tous ses droits, comme cela arrive dans les contestations des hommes par le seul effet de la sentence des juges de ce monde ? L'effet n'en doit-il pas être plus grand dans les choses qui tiennent à un ordre vif ? Et n'est-ce pas là le vrai moyen qui est offert à l'homme d'être rassasié de la justice ?"

      "Bienheureux ceux qui sentent que nul autre qu'eux-mêmes ne peut leur faire une réelle offense, puisque nul autre qu'eux-mêmes ne peut percer jusqu'à leur essence ? Il seront uniquement occupés à leur propre surveillance, et à ne pas souffrir qu'ils se fassent eux-mêmes le moindre toit et le moindre outrage ; et cette sévérité sans borne les absorbera tellement, comme étant la seule nécessaire et la seule utile pour eux, qu'ils seront naturellement disposés à être miséricordieux envers les autres, puisque les autres ne peuvent pas les offenser. Par cette véritable et vivifiante indulgence envers les autres, le nouvel homme peut leur faire naître le désir de se surveiller eux-mêmes à leur tour, et les ramener par là à la vie de leur être qui consisterait à ne se faire à eux-mêmes aucune offense ; et voilà de quelle manière il obtiendra que Dieu soit miséricordieux à son égard, s'il était assez malheureux que de s'oublier au point de l'offenser."

      "Bienheureux ceux qui auront assez purifié leur cœur pour qu'il puisse servir de miroir à la divinité, parce que la divinité sera elle-même un miroir pour eux ! Le nouvel homme ne doute pas que par ce moyen il ne parvienne intérieurement à voir Dieu, parce qu'il sait que tel était l'objet de l'existence de l'homme primitif ; en conséquence il posera des sentinelles à toutes les avenues de son être pour empêcher qu'aucune influence altérée ne pénètre jusqu'à lui, et ne ternisse l'éclat de ce miroir divin qu'il porte en lui. Ces sentinelles seront fidèles à garder leur poste, parce que c'est avec autorité que l'homme peut les placer, et qu'elles ne peuvent manquer de remplir avec soin leurs fonctions, lorsqu'il se détermine à leur en prononcer les ordres."

      "Bienheureux ceux qui soupirent après la paix de l'esprit, et qui y marchent par le sentier des œuvres pacifiques, en ne se livrant à aucun des partis opposés et furieux qui se battent journellement dans l'homme ! En se délivrant ainsi de la tourbe tumultueuse de leur propre monde, ils prendront pour leur père le souverain auteur de la tranquillité suprême, et de l'éternelle paix, et deviendront par là les légitimes enfants de Dieu, puisqu'ils manifesteront le caractère distinctif de cette source où ils ont puisé la naissance et qui ne peut manquer d'être calme, puisqu'elle est perpétuellement remplie du sentiment inaltérable de son infinité, de son éternité, de son universalité. Ainsi ils pourront dire à leurs ennemis : tremblez, fuyez, vous ne pouvez rien contre moi, parce que je porte en moi un nom qui signifie le fils de votre Dieu."

      "Bienheureux ceux qui souffrent la persécution pour la justice ! Ils ressemblent à ceux qui sont pauvres d'esprit, et c'est la même récompense qui leur est réservée ; car il n 'y a que le nouvel homme qui souffre de persécution pour la justice, attendu qu'il n'y a que lui qui soit affamé de la justice, et que l'ennemi laisse tranquille tous les autres, puisque les autres ne le troublent point, ne le révoltent point, et ne le gênent point dans ses mesures fausses et injustes ; mais quand la lampe est mise sous le boisseau, elle décèle les malfaiteurs qui s'étaient cachés dans la maison, et elle les oblige ou à fuir, ou à entrer en combat avec le maître du logis pour empêcher qu'il ne les dénonce, et qu'il ne les livre à la justice. Quelles persécutions, et quels combats le nouvel homme n'aura-t-il donc pas à éprouver puisqu'il allume des lampes dans tous les lieux de sa maison, et qu'il anime contre lui à la fois tous les malfaiteurs qui s'y étaient introduits et qui la menaçaient d'une grande ruine ? Mais aussi quelles réjouissances, et quelles consolations ne doit-il pas se promettre pour avoir si bien surveillé la maison qui lui a été confiée, puisque cette maison est la maison du Seigneur ? Le ciel même sera sa récompense, puisque le ciel n'attendait que le moment où cette maison serait ainsi nettoyée et purgée des malfaiteurs pour venir y faire son habitation."




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2023  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte ALCHIMIE & SPAGYRIE MARTINISME, MARTINEZISME & MYSTICISME OCCULTISME & MAGIE MAGNETISME, RADIESTHESIE & ONDES DE FORMES THEOSOPHIE ASTROLOGIE & ASTRONOMIE ROSE-CROIX & ROSICRUCIANISME SPIRITISME & TRANSCOMMUNICATION PRIÈRE & TEXTES INSPIRANTS