Vous êtes ici : Mystères & enigmes | RENNES-LE-CHATEAU | Livres, Textes & Documents | La vraie langue celtique et Le Cromleck de Rennes-les-Bains | I - Précis de l’occupation première des Gaules

La vraie langue celtique et Le Cromleck de Rennes-les-Bains

Henri Boudet
© France-Spiritualités™






CHAPITRE PREMIER
LANGUE CELTIQUE

I - Précis de l'occupation première des Gaules [2a]

      Il n'est pas sans utilité, croyons nous, de faire précéder cette étude d'un rapide résumé des connaissances actuelles sur la célèbre nation Gauloise. La Gaule a été le point central de l'établissement définitif de la famille Celtique dans les contrées occidentales de l'Europe, et le nom même de gaule qu'elle a conservé, témoigne de la domination persistante, dans ce pays, de son peuple valeureux.

      Elle était comprise entre l'Océan, les Pyrénées, la Méditerranée, les Alpes et le Rhin. La partie méridionale, depuis le golfe de Gascogne jusqu'à la Méditerranée, a été occupée d'abord par les Ibères et les Ligures venus de la péninsule espagnole.

      Les Gals, descendans de Gomer, fils de Japheth, partirent de l'Asie Mineure à une époque que l'on ne peut préciser, se répandirent dans la Gaule en refoulant les Ibères vers le sud, les ligures vers l'Est, et envahissant l'Espagne, se mêlèrent aux Ibères.

      Les Aquitains, tribu ibérienne, résistèrent aux envahissements des Gals et conservèrent leur position entre l'Océan, les Pyrénées et la Garonne. Vers le seizième siècle avant Jésus Christ, les Gals étaient les maîtres incontestés de la Gaule.

      La conquête de l'Espagne par les Gals força les Ligures à se déplacer, et, vers l'an 1400 avant Jésus-Christ, après avoir franchi les Alpes, ces derniers fondèrent en Italie la domination des Ambras ou Ombres, 647 ans avant la fondation de Rome.

      C'est à cette première branche de la famille gauloise, que, d'après Am. Thierry, les anciens historiens appliquent plus particulièrement le nom de Celtes.

      Les Kimris formaient la seconde branche de la famille gauloise Les Grecs les nommaient Kimmerioi et les Romains les appelaient Cimbri.

      En l'an 631 avant Jésus-Christ, les peuples scythiques, au rapport d'Hérodote, fondirent sur les bords du Palus-Méotide et poussèrent devant eux les Kimris qui se dirigèrent vers le soleil couchant sous la conduite de Hu-ar-Bras, remontèrent le cours du Danube et envahirent la Gaule par le Rhin. Suivant les traditions Kimriques, Hu-ar-Bras ne s'établit point dans la Gaule, mais il traversa l'Océan brumeux et conquit sur les Gals l'île d'Albion.

      Pendant ces émigrations et ces conquêtes des Kimris, Ancus roi de Rome, victorieux de ses voisins, bâtit la ville d'Ostie à l'embouchure du Tibre.

      Cependant de nouvelles tribus de Kimris inondaient successivement les Gaules, et « après une immense mêlée, la Gaule apparaît partagée entre les Kimris et les Gaëls. » (2) Les Kimris, à l'Ouest, occupent les côtes de la mer ainsi que les plaines du Nord et du Nord-Est, et les Gaëls retiennent l'Est et le centre de la Gaule.

      C'est à la suite de ces mouvements des populations que les historiens placent les deux émigrations de Sigovèse et de Bellovèse neveux d'Ambigat, roi ou chef des Bituriges, en l'an 587 avant Jésus-Christ. Bellovèse prit le chemin de l'Italie Sigovèse se dirigea vers le Nord-est, franchit le Rhin, et traversant la forêt Hercynienne, vint s'établir sur les bords du Danube.

      Environ 300 ans avant Jésus Christ, une puissante confédération de Kimris, celle des Belges, envahit le nord de la Gaule et s'en empara. Deux tribus belges, les Volkes Tectosages et, les Volkes Arécomiques traversèrent la Gaule, les armes à la main, et s'arrêtèrent dans le Midi, les Volkes Tectosages sur les bords de la Garonne, à Toulouse, dont ils firent leur capitale, et les Volkes Arécomiques, à l'Est des Cévennes, avec leur centre à .

      Les Volkes Tectosages ne restèrent pas longtemps en repos dans le pays qu'ils venaient de conquérir. Vers 281 avant Jésus-Christ, une forte émigration alla rejoindre, sur les bords du Danube, les tribus gauloises qui descendaient des compagnons de Sigovèses. Emportés par leur humeur guerrière, tous ces Gaulois se divisèrent en trois corps et s'abattirent comme un ouragan dans la Macédoine, l'Epire et la Thrace. Une partie de ces Tectosages, insatiables d'aventures, traversèrent l'Asie Mineure, et, près de leur patrie primitive, fondèrent une nouvelle Gaule, la Galatie.

      « Les Gaulois remplissaient ainsi du fracas de leurs armes le monde ancien tout entier. L'é tendue de leurs possessions directes, le territoire occupé en corps de nation par les Gallo-Kimris, était immense. Si l'on jette un regard sur la carte du monde ancien vers la première moitié du troisième siècle avant notre ère, on voit la race gauloise déployée depuis Erin, (Irlande) jusqu'à l'Estonie (à quelques marches de Saint-Pétersbourg), depuis la pointe septentrionale de la presqu'île Cimbrique (Danemark) jusqu'aux Apennins, depuis les trois Finisterre de Bretagne, de Gaule et d'Espagne jusqu'aux frontières du Pont et de la Cappadoce, en passant par le Danube qu'ils tiennent jusqu'au delà de son confluent avec la Save, par les Carpathes, les Alpes Illyriennes, l'Hémus et la Thrace. Les Gaulois planent sur l'Europe, des extrémités de l'Espagne au Pont-Euxin.


________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
(2)  Histoire de France. Henri Martin.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte RENNES-LE-CHATEAU THEOPOLIS